Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Nord «enflammée de fureur» face aux tracts anti-Pyongyang

Actualités 10.06.2020 à 11h21
Des membres de l'Union des femmes socialistes de Corée (SWUK) manifestent en face du musée de Sinchon, dans la province du Hwanghae du Sud, pour protester contre les autorités sud-coréennes et les transfuges nord-coréens pour l'envoi de tracts anti-nord-coréens sur cette photo publié le 10 juin par le Rodong Sinmun. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 10 juin (Yonhap) -- Le Rodong Sinmun, organe de presse du Parti du travail de la Corée du Nord, s'en est pris à la Corée du Sud pour les tracts anti-Pyongyang envoyés vers le Nord par des transfuges nord-coréens et d'autres militants, en déclarant que «le pays entier est enflammé de fureur».

Indigné par ces prospectus, le Nord a décrit hier le Sud comme un «ennemi» et promis de couper tous les canaux de communication intercoréens. Il n'a depuis pas répondu aux appels téléphoniques quotidiens du Sud via les lignes de liaison et militaires.

Le quotidien nord-coréen a déclaré que l'Union des femmes socialistes de Corée (SWUK) a organisé un rassemblement pour dénoncer la Corée du Sud qui ferme les yeux sur ces envois.

«Nos mères sont dégoûtées par les autorités sud-coréennes qui ignorent les comportements irréfléchis de ces déchets et exhortent à rompre les relations intercoréennes alors qu'elles ne peuvent pas retenir leur indignation», a déclaré le journal.

«Les voix de la nouvelle génération vêtue de costumes révolutionnaires résonnent dans nos cœurs à un moment où le pays entier est enflammé de fureur depuis qu'ils ont entendu la déclaration publiée le 4 juin», a affirmé le quotidien dans un autre article.

Celui-ci faisait référence à la déclaration que Kim Yo-jong, sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a publiée jeudi dernier pour dénoncer l'envoi de ces prospectus de propagande comme un acte hostile allant à l'encontre des accords de paix que les deux parties ont signés lors des sommets entre leurs dirigeants en 2018.

Si la Corée du Sud n'agit pas contre ces tracts, Kim a averti que le Nord fermerait le bureau de liaison intercoréen, rendrait caduc l'accord militaire signé en 2018 pour réduire les tensions et démantèlerait le complexe industriel de Kaesong, aujourd'hui fermé.

Depuis la publication de cette déclaration, les médias nord-coréens continuent à rapporter des manifestations massives dénonçant ces tracts.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page