Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le gouvernement cherche d'autres motifs pour la plainte contre les transfuges envoyant des tracts

Actualités 11.06.2020 à 14h59
Fighters for Free North Korea et d'autres groupes de transfuges nord-coréens lancent le 2 avril 2016 des ballons contenant des tracts anti-Pyongyang du village de Paju, juste au sud de la frontière intercoréenne.

SEOUL, 11 juin (Yonhap) -- Le ministère de l'Unification projette de déposer une plainte auprès de la police contre deux groupes de transfuges nord-coréens non seulement pour violation de la loi sur la coopération et les échanges intercoréens mais aussi pour d'autres raisons.

Selon des sources du ministère de l'Unification, le gouvernement examine si Fighters for Free North Korea et Keunsaem ont également violé ou non d'autres règles, comme la loi sur la gestion des déchets maritimes et la loi sur la sécurité aérienne.

«La principale raison du dépôt de la plainte contre ces groupes sera la violation de la loi sur la coopération et les échanges intercoréens, mais nous envisageons d'inclure des violations d'autres règles dans la plainte, en consultation avec les autres ministères concernés», a fait savoir un officiel du ministère de l'Unification.

A la fin du mois de mai, Fighters for Free North Korea a envoyé près de 500.000 prospectus anti-Pyongyang vers le Nord via des ballons. Le groupe envisage d'envoyer près d'un million de tracts de l'autre côté de la frontière le 25 juin, le jour du 70e anniversaire du début de la guerre de Corée (1950-1953).

Plus tôt cette semaine, Keunsaem, avec Fighters for Free North Korea, a aussi tenté d'envoyer en Corée du Nord des bouteilles en plastique contenant du riz mais n'a pas pu le faire à cause de la vive opposition des habitants de la région frontalière.

La semaine dernière, une association de maires de villes frontalières a appelé le ministère de l'Unification à proposer des réglementations plus strictes pour stopper ces envois, en disant que cela «détruit les rêves du peuple des zones frontalières de vivre en sécurité et en paix, sans aucune tension».

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page