Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le satellite Chollian-2B aidera à prévoir les niveaux des émissions de particules fines

Science/Tech 12.06.2020 à 13h56
Ces images fournies par le ministère de la Science et des TIC montrent la méthode de vérification des niveaux de particules fines du système de distribution spatiale en trois dimensions. (Photo fournie par le ministère de la Science et des TIC. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 12 juin (Yonhap) -- La Corée du Sud utilisera son satellite le plus récent pour effectuer des recherches qui permettront de prévoir les niveaux des émissions de particules fines qui affectent la vie quotidienne, a fait savoir ce vendredi le ministère de la Science et des TIC.

Le plan de recherche et développement sur les particules fines 2020-2024 appelle le gouvernement et les sociétés privées à tirer pleinement avantage du savoir-faire du pays dans le domaine des technologies de l'information afin de développer un système de distribution spatiale en trois dimensions qui fournira une compréhension détaillée sur les particules fines, a déclaré le ministère.

La Corée du Sud et de nombreux autres pays s'efforcent de surmonter les niveaux élevés des émissions de particules fines dans l'air causés par l'industrialisation rapide et la forte dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles.

Le ministère a indiqué que le but était d'établir un algorithme utilisant les données de Chollian-2B, le premier satellite géostationnaire du pays lancé depuis la Guyane française le 18 février, la surveillance aérienne, l'intelligence artificielle et d'autres informations afin de déterminer en temps réel comment et d'où les particules fines proviennent et leur densité dans l'air.

Le satellite Chollian-2B est capable de détecter en détail les particules fines dans l'air et leurs mouvements.

Une fois que le système de prévision sera en place, Séoul pourra prendre des mesures à long terme pour réduire les niveaux des émissions de particules et développer de nouvelles technologies pour aider à réduire les conséquences nuisibles.

De plus, le ministère a indiqué qu'il affecterait 45,8 milliards de wons (38,4 millions de dollars) pour soutenir les chercheurs des pays d'Asie du Nord-Est jusqu'en 2024, qui sont engagés dans la réduction des particules fines dans la région grâce à des technologies de pointe. De ce montant, 4,5 milliards de wons seront utilisés cette année pour promouvoir la coopération internationale.

Le système de prévision, de plus, permettra aux décideurs politiques d'améliorer la fiabilité des données officielles liées aux particules fines pour les partager avec le public et d'autres nations.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page