Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Une adoptée remporte une bataille judiciaire pour retrouver son père biologique

Actualités 12.06.2020 à 17h24
Kang Mee-sook ou Kara Bos quand elle était une petite enfant. (Photo fournie par Kang Mee-sook. Revente et archivage interdits)
Les membres de la famille de Kang Mee-sook ou Kara Bos. (Photo fournie par Kang Mee-sook. Revente et archivage interdits)
Kang Mee-sook ou Kara Bos quand elle était une petite enfant. (Photo fournie par Kang Mee-sook. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 12 juin (Yonhap) -- Le Tribunal familial de Séoul s'est prononcé en faveur d'une personne adoptée d'origine coréenne qui avait déposé une plainte l'année dernière pour retrouver son père biologique, dans un jugement déterminant reconnaissant les droits des personnes adoptées à renouer avec leurs racines familiales.

Après que le tribunal a annoncé que la plaignante, Kang Mee-sook ou Kara Bos, était la fille biologique du défendeur, dont l'identité est restée inconnue, Kang a fondu en larmes dans la salle d'audience.

Elle a été retrouvée dans un parking à Geosan, dans la province du Chungcheong du Sud, en novembre 1983 et adoptée par une famille américaine en septembre de l'année suivante via l'association Holt

Quand elle a été trouvée, elle était assez intelligente pour dire son nom et son âge. Mariée à un Néerlandais, elle est maintenant la mère de deux enfants et habite à Amsterdam.

Dans une interview accordée à l'agence de presse Yonhap, Kang a dit avoir décidé de retrouver ses parents biologiques après être devenue mère elle-même. Elle a pu ainsi imaginer combien il a été «douloureux» pour sa mère de décider l'adoption et s'est rappelé l'expérience «terrible» d'avoir été seule et abandonnée lorsqu'elle avait 2 ans.

Elle a fait savoir qu'elle souhaitait que sa mère biologique trouve la paix et voulait établir une relation avec elle comme celle avec sa fille.

Kang est venue à Séoul il y a trois ans pour chercher ses parents, mais sans succès. Au début de l'année dernière, elle a vu une lueur d'espoir dans ses efforts pour les retrouver à travers l'association à but non lucratif KAMRA. Elle a partagé ses données ADN avec l'agence et plus tard elle a appris qu'une autre personne qui a partagé son ADN pourrait avoir un lien biologique. Finalement, elle a découvert qu'elle était une enfant née hors des liens du mariage, d'un père dont le nom de famille est Kang.

Mais lui et sa famille ne souhaitent pas la rencontrer. Kang Mee-sook n'a même pas eu la chance de parler avec lui.

Sans d'autres choix viables, elle a déposé une plainte auprès du tribunal local afin de faire reconnaître la relation biologique avec l'homme en question.

Les tests ADN qui ont eu lieu au cours du procès ont montré qu'ils sont biologiquement liés, avec une exactitude de 99,9981%.

Selon Yang Jung-eun, avocate de Kang au cabinet Ipyeong à Séoul, Kang pourrait être inscrite sur le registre familial de son père biologique en tant que «personne reconnue» après la fin de la procédure judiciaire.

Son itinéraire, cependant, est loin d'être achevée. Ce qu'elle souhaite au final est de retrouver sa mère biologique. Avoir une bataille judiciaire avec lui n'était pas son but initial, mais c'était sa seule option pour pouvoir parler avec lui.

Cette affaire judiciaire et le verdict ont une grande signification, selon le pasteur Kim Do-hyun, qui gère un groupe de défense des personnes adoptées, KOROOT, à Séoul.

«Le jugement reconnaît les droits juridiques à l'identité des personnes adoptées», a-t-il déclaré, en ajoutant qu'il souhaite que cette décision permette à ces personnes de contourner les lois sur la protection des informations privées quand elles veulent retrouver leur famille biologique.

Kang a également mis l'accent sur le combat des personnes adoptées pour retrouver leur identité et leur origine, ce qui doit être un droit de base.

Kang reverra finalement son père biologique lundi prochain pour la première fois après lui avoir parlé via son avocate.

Si elle peut retrouver et rencontrer sa mère, elle souhaite lui dire : «Ne soyez pas désolée, je vais bien et je mène une vie heureuse.»

Après la décision du tribunal, elle est restée debout devant la caméra, a enlevé son masque et a transmis un message à sa mère en coréen avec un accent : «Maman, est-ce que vous me connaissez ? Je veux vous rencontrer. Je veux vraiment vous rencontrer. Venez s'il vous plaît.»

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page