Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le Rodong Sinmun avertit d'«actes de représailles incessants» le jour de l'anniversaire du 1er sommet intercoréen

Actualités 15.06.2020 à 11h45
Le pont Tongil à la ville de Paju, dans la province du Gyeonggi, qui marque l'entrée au complexe de Kaesong, est fermé le 14 juin 2020.

SEOUL, 15 juin (Yonhap) -- La Corée du Nord continuera à prendre des actions afin de punir la Corée du Sud pour les prospectus anti-Pyongyang, a prévenu ce lundi le quotidien Rodong Sinmun, après que la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a menacé d'une action militaire contre le Sud.

Le Nord continue à critiquer le Sud presque tous les jours ces dernières semaines en dénonçant l'envoi de tracts vers le pays communiste comme un acte hostile allant à l'encontre d'une série d'accords de paix. La semaine dernière, Pyongyang a décidé de couper tous les canaux de communication intercoréens comme première mesure dans le cadre d'une série qu'il prendra contre Séoul.

Samedi, Kim Yo-jong, l'influente sœur du leader, a fait monter d'un cran les tensions en avertissant qu'il est temps de rompre avec la Corée du Sud. Elle a ajouté avoir ordonné à l'armée de prendre des mesures nécessaires pour punir le Sud.

«Les actes de représailles incessants continueront», a déclaré le Rodong Sinmun, organe de presse du Parti du travail du Nord. «Notre puissante armée révolutionnaire invincible lancera un acte qui vengera notre peuple qui est en colère plus que jamais.»

«La volonté claire de notre peuple et de nos soldats, c'est que personne ne doit être pardonné pour nuire à la dignité de notre leadership suprême», a-t-il ajouté. «Des plans de représailles bâtis sur une telle forte colère se sont consolidés comme un consensus national.»

Le journal a fustigé Séoul pour ses efforts insuffisants pour arrêter l'envoi de prospectus anti-Pyongyang par des activistes malgré un accord empêchant une telle activité, en blâmant Séoul pour avoir causé les «pires» tensions que la péninsule coréenne n'ait jamais connues.

Le président Moon Jae-in et Kim Jong-un ont tenu un sommet en avril 2018 et sont convenus de mettre un terme à tout activité hostile dont l'envoi de prospectus de propagande à travers la frontière.

«La politique hostile voilée et l'incapacité des autorités sud-coréennes ont débouché sur une rupture complète des relations intercoréennes et rendu les tensions pires que jamais», a noté le quotidien. «C'est pathétique que les autorités sud-coréennes n'aient pas l'intention de nettoyer les déchets qui dégagent seulement une odeur dégoûtante.»

Le journal s'en est pris au Sud alors que les deux Corées marquent le 20e anniversaire de la déclaration commune du 15-Juin adoptée après le tout premier sommet intercoréen en 2000 entre le président de l'époque Kim Dae-jung et le dirigeant nord-coréen d'alors Kim Jong-il à Pyongyang.

Les médias nord-coréens, dont le Rodong Sinmun, n'ont toutefois pas évoqué le sommet historique jusqu'à présent sur fond de tensions transfrontalières accrues.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page