Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) La Corée du Nord fait exploser le bureau de liaison conjoint à Kaesong

Actualités 16.06.2020 à 22h09
Destruction du bureau de liaison

SEOUL, 16 juin (Yonhap) -- La Corée du Nord a fait exploser aujourd'hui à 14h49 le bureau de liaison conjoint à sa ville frontalière de Kaesong, a fait savoir le ministère de l'Unification, exacerbant les tensions sur la péninsule après avoir menacé presque quotidiennement de punir Séoul pour les prospectus de propagande anti-Pyongyang.

L'explosion surprise a fait craindre que la Corée du Nord ne mette en œuvre d'autres menaces contre le Sud, notamment en menant des actions militaires et en déplaçant des troupes dans les régions frontalières désarmées en vertu d'accords intercoréens.

La Corée du Sud a exprimé son «profond regret» et a averti le Nord de ne pas aggraver la situation.

«Cette destruction est un acte qui brise l'espoir de tous les peuples qui souhaitent le développement des relations intercoréennes et une paix durable dans la péninsule coréenne», a indiqué Cheong Wa Dae dans une déclaration publiée à l'issue d'une réunion d'urgence du Conseil nationale de sécurité.

«Le gouvernement indique clairement que toute la responsabilité de cette situation incombe totalement à la partie nord-coréenne», a-t-il déclaré. «Nous avertissons fermement que si la Corée du Nord prend des mesures aggravant encore la situation, nous y répondrons avec fermeté.»

Le ministère de l'Unification a également publié une déclaration, qualifiant la destruction d'«insensée» et «inouïe» dans les relations intercoréennes et de violation de l'accord du sommet de 2018 entre les deux Corées. Le ministère a dit que Pyongyang devra assumer l'entière responsabilité de cet acte.

Explosion du bureau de liaison

Les médias nord-coréens ont confirmé que le bureau de liaison était «complètement détruit».

«Le département concerné de la RPDC (République populaire démocratique de Corée) a mis en exécution la mesure de détruire complètement le bureau de liaison conjoint Nord-Sud dans la zone industrielle de Kaesong après avoir coupé toutes les lignes de communication entre le Nord et le Sud», a rapporté l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Cette destruction était conforme à «l'état d'esprit du peuple en colère» appelant à «forcer les déchets humains et ceux qui ont donné asile aux déchets à payer cher le prix de leurs crimes», a ajouté la KCNA, faisant référence aux transfuges nord-coréens en Corée du Sud qui envoient des tracts anti-Pyongyang.

«A 14h50, le bureau de liaison a été détruit tragiquement dans un bruit d'explosion terrifiant», a noté la KCNA.

Plus tôt dans la journée, des sources militaires ont déclaré que de la fumée avait été aperçue et une explosion à la ville frontalière avait été entendue.

Le bureau du président Moon Jae-in a convoqué une réunion d'urgence du Conseil national de sécurité pour discuter de cette destruction. Moon n'a pas assisté à la session et les détails de la réunion n'ont pas été immédiatement communiqués.

Cette explosion est intervenue juste trois jours après que Kim Yo-jong, la puissante sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, avait averti samedi dernier, que l'on verrait «sous peu, une scène tragique de l'inutile bureau de liaison conjoint Nord-Sud effondrée complètement».

Le Nord continue à fustiger le Sud pour n'avoir pas empêché des transfuges nord-coréens d'envoyer des tracts anti-Pyongyang à travers la frontière à l'aide de ballons géants.

Après l'explosion, l'armée sud-coréenne a renforcé sa surveillance et son état de préparation contre la Corée du Nord pour les éventuels affrontements accidentels dans les zones frontalières tendues, selon des officiels.

Plus tôt dans la journée, le chef d'état-major général de l'Armée populaire de Corée (du Nord) a averti aussi qu'il examinait un plan d'action pour faire avancer de nouveau ses troupes vers «les zones qui ont été démilitarisées selon l'accord Nord-Sud, transformer cette région en une forteresse et augmenter davantage la vigilance militaire», contre le Sud.

«Jusqu'à présent, aucun mouvement militaire spécifique inhabituel de l'armée nord-coréenne n'a été détecté. Nous les surveillons étroitement», a déclaré un officier du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS).

La démolition du bureau de liaison marque le dernier revers dans les relations intercoréennes, qui sont au point mort depuis le sommet sans accord entre Pyongyang et Washington en février dernier.

En octobre dernier, la Corée du Nord a demandé au Sud de démolir toutes les installations «déplaisantes» de la station touristique du mont Kumgang, aujourd'hui à l'abandon, sur sa côte est. Lancé en 1998, le programme de visite au mont Kumgang était un symbole de la réconciliation et de la coopération intercoréenne.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que Pékin espère que la paix et la stabilité seront maintenues dans la péninsule coréenne malgré les derniers développements.

Le bureau de liaison a été établi en septembre 2018 pour favoriser les échanges et la coopération intercoréens dans une ambiance de réconciliation créée par des sommets entre leurs dirigeants.

Les deux Corées avaient suspendu son exploitation en janvier par crainte de l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19). La semaine dernière, la Corée du Nord a décrit la Corée du Sud comme un «ennemi» et promis de couper tous les canaux de communication en signe de protestation contre les prospectus de propagande envoyés par des activistes en Corée du Sud.

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page