Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Mémoire de Bolton : Trump a failli annuler le sommet de Singapour la veille de la rencontre avec Moon

Actualités 22.06.2020 à 17h18
La couverture des mémoires «The Room Where It Happened» de l'ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton. (AP=Yonhap)
Le président Moon Jae-in et le président américain échangent une poignée de main lors du sommet bilatérale, le mardi 22 mai 2018. (Photo d'archives Yonhap)
Poignée de main entre le président Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump, le mardi 22 mai 2018, lors du sommet bilatéral (Photo d'archives Yonhap)

WASHINGTON, 22 juin (Yonhap) -- Le président américain Donald Trump a failli publier sur son compte Tweeter le message d'annulation de son premier sommet avec le leader nord-coréen Kim Jong-un la veille de la rencontre prévue avec le président sud-coréen Moon Jae-in à la Maison-Blanche en mai 2018, selon l'ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton.

Dans ses mémoires à venir, «The Room Where It Happened», Bolton a écrit que Trump était prêt à publier un message sur Tweeter annonçant l'annulation du sommet prévu avec Kim à Singapour le 21 mai 2018, soit la veille du sommet prévu avec Moon, mais n'a pas pu le faire parce que son téléphone a eu un problème.

«Une question était s'il annule Singapour au moment où Moon arrive dans la ville ou s'il attend jusqu'à son départ», a écrit Bolton dans le livre qui doit être publié mardi.

«J'ai exhorté Trump à agir maintenant, parce qu'agir après le départ de Moon semblerait un refus sans équivoque à Moon, qui est inutile», a-t-il dit. «Trump était d'accord, en disant, je tweeterai se soir.»

Bolton a parlé avec le vice-président Mike Pence et le secrétaire général de la Maison-Blanche d'alors John Kelly, et les deux sont convenus que le président devait publier le message sur Twitter.

Le lendemain matin, cependant, il n'y a pas eu un tel tweet de la part de Trump. Il a dit plus tard à Kelly que «son téléphone portable ne marchait pas la nuit dernière, mais il m'a dit qu'il avait souhaité donner une opportunité à Moon de parler avant l'annulation», selon Bolton.

Bolton a rappelé qu'«avec un manque évident d'enthousiasme», il a rencontré le directeur du Bureau de la sécurité nationale Chung Eui-yong et ses collègues pour un petit-déjeuner ce matin-là afin de discuter du sommet Moon-Trump plus tard dans la journée.

«Le Sud a toujours souhaité que Moon aille à Singapour pour une rencontre trilatérale après le sommet Trump-Kim», a-t-il été ajouté.

Trump a organisé le sommet avec Moon le 22 mai en disant qu'il y avait environ «25% de chance de la réalisation du sommet de Singapour», et en réponse, Moon a souligné son soutien envers une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible et sa vision optimiste selon laquelle il n'y a aucune chance de la non-réalisation du sommet, selon Bolton.

La situation, cependant, a changé, après que la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a publié une critique cinglante contre Pence, en le qualifiant de «marionnette politique» et menaçant de lancer une guerre nucléaire à cause des remarques de Pence.

«J'ai contacté Trump à 22h. J'ai expliqué la situation et suggéré de demander des excuses, au moins en insinuant que le sommet de Singapour pourrait être annulé sans cela», a écrit Bolton.

Après avoir lu les remarques de Choe, Trump a dit «c'est fort», selon Bolton. «Nous sommes tous convenus que ce communiqué virulent pouvait être publié seulement avec l'autorisation expresse de Kim Jong-un», a écrit Bolton. «Trump n'a pas hésité à annuler la rencontre de Singapour.»

Mais moins de 24 heures après la décision d'annulation, Trump a «obtenu un communiqué beaucoup moins belliqueux par un différent officiel du ministère nord-coréen des Affaires étrangères de nous ordonner de remettre sur les rails la rencontre du 12 juin», selon Bolton.

«C'était une erreur claire à mon avis. Trump cherchait désespérément à tenir la réunion à tout prix.»

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page