Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

«La démolition du bureau de liaison par la Corée du Nord n'a rien à voir avec l'accord militaire»

Actualités 22.06.2020 à 17h29

SEOUL, 22 juin (Yonhap) -- La démolition surprise par la Corée du Nord du bureau de liaison intercoréen la semaine dernière n'a pas violé le dernier accord signé entre les deux Corées pour réduire les tensions militaires, a déclaré ce lundi le ministre de la Défense Jeong Kyeong-doo.

Lors d'une séance plénière de la commission parlementaire de la défense, le ministre a dit que la démolition «n'a rien à voir avec l'accord militaire du 19-septembre».

«Le pacte militaire traite diverses mesures pour prévenir les affrontements accidentels directs. Cela n'a rien à voir avec le bureau de liaison intercoréen», selon Jeong.

Le ministre faisait référence à l'accord militaire conclu à Pyongyang suite au troisième sommet en septembre 2018 entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

La sœur influente du leader nord-coréen, Kim Yo-jong, a menacé début juin d'abandonner l'accord à cause des tracts anti-Pyongyang envoyés par des militants et transfuges nord-coréens en Corée du Sud à travers la frontière.

La semaine dernière, la Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison intercoréen dans sa ville frontalière de Kaesong dans le cadre d'une provocation surprise contre la Corée du Sud.

En ce qui concerne la démolition et une récente série de rhétoriques virulentes de la Corée du Nord contre Séoul, le principal parti d'opposition sud-coréen, le Parti unifié du futur (PUF), a affirmé que le pacte militaire de 2018 avait été complètement aboli par les récentes actions de Pyongyang.

A la question de savoir si la destruction du bureau de liaison par la Corée du Nord est synonyme d'abolition du pacte, Jeong a répondu que «jusqu'à présent, elle ne l'est pas».

Pour le moment, la Corée du Sud ne voit aucun signe montrant que la Corée du Nord prépare un tir d'essai d'un missile balistique intercontinental mais surveille de près la situation, a ajouté le ministre de la Défense.

Quant à Kim Yo-jong qui prend l'initiative des récentes rhétoriques de la Corée du Nord contre le Sud, le ministre a noté qu'elle «semble jouer le rôle de méchant numéro deux» afin que Kim Jong-un puisse prendre la relève quand les liens du pays avec la Corée du Sud et les Etats-Unis s'amélioreront.

Le ministre de la Défense Jeong Kyeong-doo prend la parole durant une séance plénière de la commission parlementaire de la défense à Séoul, le lundi 22 juin 2020.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page