Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Kim Jong-un suspend les «plans d'action militaire» contre la Corée du Sud

Actualités 24.06.2020 à 08h18

SEOUL, 24 juin (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a présidé une réunion préliminaire de la Commission militaire centrale du Parti du travail et a décidé de suspendre les «plans d'action militaire» contre la Corée du Sud, a rapporté ce mercredi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

La réunion a eu lieu ce matin en vidéoconférence après que la Corée du Nord a menacé de prendre une série de mesures de représailles contre la Corée du Sud pour avoir échoué à empêcher les envois de tracts de propagande de transfuges nord-coréens vers le pays communiste. Il a été dit que les détails seraient fixés lors d'une réunion de la Commission militaire centrale «à une date la plus rapprochée».

«A la réunion préliminaire, la Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée a évalué la situation actuelle et a suspendu les plans d'action militaire contre le Sud prévus pour la 5e réunion de la 7e Commission militaire centrale par l'état-major de l'Armée populaire de Corée», a poursuivi la KCNA.

«La réunion a examiné les sujets à l'ordre du jour des principales politiques militaires qui seront déposés avant la 5e réunion de la 7e Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée et a étudié le rapport et les décisions qui seront soumis à la 5e réunion, ainsi que des documents contenant des mesures d'Etat pour renforcer davantage la dissuasion de guerre du pays», a ajouté l'agence officielle du régime nord-coréen.

La KCNA n'a toutefois pas précisé quand la prochaine réunion de la Commission aurait lieu.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors de la 13e réunion du Politburo du Parti du travail à Pyongyang, le 7 juin 2020, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Le Nord a fait remonter les tensions en prenant des mesures de représailles contre le Sud à cause des prospectus de propagande. Il a défini le Sud comme un «ennemi» et coupé toutes les lignes de communication intercoréennes en avertissant d'une plus grande «punition» dans le futur.

La semaine dernière, Pyongyang a fait exploser le bureau de liaison intercoréen et menacé de déployer de nouveau des troupes dans les régions du complexe industriel de Kaesong et du mont Kumgang, ainsi que dans d'autres zones de ligne de front démilitarisées, et de reprendre «tous les types d'exercices militaires réguliers» près de la frontière.

La Corée du Nord a récemment réinstallé des haut-parleurs de propagande militaire le long de la Zone démilitarisée (DMZ) après leur retrait total suite à un accord conclu lors d'un sommet en 2018.

Avant-hier, la KCNA a annoncé que Pyongyang s'apprêtait à lâcher environ 12 millions de tracts via quelque 3.000 ballons pour les envoyer en direction du sud. Alors que Séoul a manifesté son opposition à ce projet, le Nord a dit n'avoir aucune intention de l'annuler, en ajoutant que l'accord interdisant une telle activité est désormais un «document mort».

xb@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page