Go to Contents Go to Navigation

La décision du Nord de suspendre ses plans d'action militaires contre le Sud est un «signe positif», selon un officiel

Corée du Nord 25.06.2020 à 14h29

SEOUL, 25 juin (Yonhap) -- La récente décision du leader nord-coréen Kim Jong-un de suspendre les plans d'action militaire contre la Corée du Sud est un «signe positif», a déclaré ce jeudi un responsable du ministère de l'Unification, espérant que cela pourrait servir de point de départ pour apaiser les tensions et améliorer les relations transfrontalières.

Kim a tenu mardi une réunion préliminaire de la Commission militaire centrale (CMC) du Parti du travail au pouvoir et a décidé d'annuler les plans d'action militaire que la Corée du Nord avait prévus contre la Corée du Sud pour exprimer son mécontentement face à l'envoi de tracts anti-Pyongyang vers la nation communiste par des réfugiés et activistes.

Ce revirement a créé une vive surprise étant donné que Pyongyang a promis de prendre une série de mesures de représailles, y compris une action militaire contre le Sud sur la question des tracts, soulevant des questions sur les raisons du changement de position.

«La décision du Nord de suspendre les plans d'action militaire à un point aussi critique est un comportement positif», a déclaré le responsable du ministère sous couvert d'anonymat. «Un tel changement pourrait être considéré comme le début d'un signal positif.»

«Nous espérons que les deux Corées pourront améliorer leurs relations et discuter de questions d'intérêt commun par le dialogue», a-t-il ajouté.

Quelques heures après l'annonce de la Corée du Nord, des responsables militaires ont indiqué que le régime était en train de retirer des haut-parleurs de propagande qui avaient été installés plus tôt cette semaine le long de la frontière intercoréenne. Les médias de propagande nord-coréens ont également retiré massivement les articles critiquant la Corée du Sud.

La volte-face brutale est intervenue après que le royaume ermite a exacerbé les tensions pendant des semaines, décrivant la Corée du Sud comme une «ennemie» et coupant toutes les lignes de communication transfrontalières. La semaine dernière, il a fait exploser le bureau de liaison intercoréen ouvert à la suite d'un sommet tenu en 2018 entre les deux Corées.

Pyongyang a également déclaré qu'il redéploierait des troupes dans les zones frontalières démilitarisées en vertu des accords intercoréens tout en menaçant de reprendre «toutes sortes d'exercices militaires réguliers» près de la frontière. Le pays communiste avait également affirmé que ces plans seraient approuvés lors d'une réunion de la CMC qui se tiendra «le plus tôt possible».

La célèbre présentatrice de la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV), Ri Chun-hee, lit une déclaration selon laquelle la Corée du Nord a suspendu les «plans d'action militaire» contre la Corée du Sud lors d'une réunion de la Commission militaire centrale (CMC) présidée par le dirigeant Kim Jong-un la veille, le 24 juin 2020. (Capture d'image de la KCTV. Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page