Go to Contents Go to Navigation

Revers prolongé des constructeurs automobiles japonais en Corée du Sud sur fond de conflit commercial

International 28.06.2020 à 11h20

SEOUL, 28 juin (Yonhap) -- Les constructeurs automobiles japonais souffrent d'une récession prolongée en Corée du Sud dans un contexte de longue dispute commerciale entre les deux voisins asiatiques et de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), ont indiqué ce dimanche des sources de l'industrie.

Honda Motor Co. a subi une forte diminution de son bénéfice d'exploitation à 1,98 milliard de wons (1,64 million de dollars) entre avril 2019 et mars 2020, contre un bénéfice d'exploitation de 19,6 milliards de wons un an plus tôt, selon son rapport d'audit. Ses ventes ont également chuté de 23% à 363 milliards de wons sur la période citée.

Ses ventes de véhicules se sont effondrées de 73% au cours des cinq premiers mois de l'année, passant à 1.323 un an plus tôt.

Nissan Motor Co. a décidé de se retirer de Corée du Sud 16 ans après son arrivée ici au milieu d'une récession prolongée avec de faibles ventes causées par un sentiment anti-Japon persistant et la propagation du Covid-19.

Nissan et sa marque premium Infiniti ont enregistré des baisses de ventes de 38% et 71%, respectivement, à 1.041 et 222 véhicules au cours de la période janvier-mai.

Toyota Motor Corp.et sa marque de luxe Lexus ont également souffert de ralentissements prolongés, leurs ventes de véhicules s'étant affaissées de 57% et 64%, respectivement, au cours des cinq premiers mois de l'année par rapport à l'année précédente, selon les données de l'industrie.

En juillet dernier, le Japon a resserré la réglementation sur les exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux de haute technologie essentiels à la production de semi-conducteurs et d'écrans.

En août, le Japon a également retiré la Corée du Sud de sa liste de pays bénéficiant d'un traitement préférentiel dans les procédures commerciales.

La Corée du Sud considère ces mesures comme des représailles contre les décisions de la Cour suprême de 2018 ordonnant aux entreprises japonaises d'indemniser les victimes sud-coréennes du travail forcé pendant la domination coloniale japonaise (1910-1945) sur la péninsule coréenne.

La berline Altima de Nissan. (Photo fournie par Nissan Korea. Revente et archivage interdits)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page