Go to Contents Go to Navigation

Moon demande une réponse «agressive» face à la crise de la chaîne d'approvisionnement mondiale

Economie 29.06.2020 à 17h10

SEOUL, 29 juin (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a appelé ce lundi à une approche «agressive» pour surmonter la crise de la chaîne d'approvisionnement mondiale en disant qu'elle représente une menace plus sévère à la Corée du Sud que le contrôle des exportations du Japon datant d'un an.

Lors d'une réunion hebdomadaire avec de hauts conseillers de Cheong Wa Dae, il a demandé au gouvernement d'élaborer une stratégie et un plan détaillés pour que la Corée du Sud transforme la crise en opportunités.

«En raison du nouveau coronavirus, le protectionnisme et l'égoïsme national se renforcent dans le monde entier», a noté Moon. «La division internationale du travail se fissure et la chaîne d'approvisionnement mondiale se réorganise rapidement.»

Il a parlé de «menace très sérieuse» qui est incomparable aux restrictions d'exportation de Tokyo contre Séoul.

Le président Moon Jae-in prend la parole lors d'une réunion hebdomadaire avec ses hauts conseillers à Cheong Wa Dae à Séoul, le lundi 29 juin 2020.

Moon a souligné que la Corée du Sud devait traiter le problème lié à la chaîne d'approvisionnement de manière agressive en s'écartant d'une attitude «défensive».

Le président a cité le plan audacieux de son administration pour transformer le pays en puissance dans les «matériaux et pièces» et en «usine mondiale des industries de pointe».

«Je voudrais que vous vous prépariez à rapporter au peuple la stratégie et le plan concernés du gouvernement», a-t-il indiqué.

Son administration a été encouragée suite à la réussite de sa réponse aux restrictions du Japon sur les exportations de plusieurs produits industriels clés. Le voisin d'Asie du Nord-Est a pris la mesure au début de juillet de l'année dernière sur fond de conflit diplomatique de longue date sur la compensation de victimes coréennes du travail forcé japonais durant la Deuxième Guerre mondiale.

Par ailleurs, Moon a déclaré que la Corée du Sud était aussi confrontée à la tâche cruciale de contenir le coronavirus et d'accroître la consommation locale en même temps. Il les a définis comme «deux lièvres» à attraper.

Après six mois de lutte contre le virus, il a indiqué que la communauté internationale avait rapporté plus de 10 millions de patients et 500.000 décès.

Il est préoccupant que le nombre de cas confirmés bondisse à l'échelle mondiale et que la Corée du Sud continue à déclarer des infections sporadiques en groupe, a-t-il ajouté.

«Cependant, les infections locales en Corée du Sud sont suffisamment gérables et contrôlables», a-t-il souligné, plusieurs heures après que les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) ont rapporté 42 cas additionnels de coronavirus, 30 infections locales et 12 cas importés.

Quant aux impacts économiques de la pandémie, Moon a demandé aux députés une nouvelle fois d'approuver le nouveau budget additionnel.

Presque un mois plus tôt, le gouvernement a présenté un projet de budget de 35.300 milliards de wons (29 milliards de dollars), le troisième du genre depuis l'apparition du coronavirus.

Le parti au pouvoir et ceux d'opposition n'ont pas encore entamé le processus d'adoption alors qu'ils sont toujours engagés dans une dispute concernant la sélection des chefs des commissions parlementaires permanentes.

«Je pense que l'Assemblée nationale ne négligera plus la souffrance économique du peuple causée par le Covid-19», a dit Moon.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page