Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Tracts anti-Pyongyang : la police interroge le chef d'un groupe de réfugiés nord-coréens

Actualités 30.06.2020 à 14h56

SEOUL, 30 juin (Yonhap) -- La police a convoqué ce mardi le chef d'une association de transfuges nord-coréens au sujet de sa campagne de tracts anticommunistes que Séoul considère comme une violation de la loi et Pyongyang critique avec véhémence.

Park Sang-hak, qui dirige Fighters for a Free North Korea (FFNK), un groupe d'activistes qui mène une campagne pour diffuser des prospectus de propagande anti-Pyongyang à travers la frontière, s'est présenté à 9h30 à l'Agence de la police de Séoul (SMPA). Son interrogatoire avait été planifié à l'avance avec les autorités.

Défiant l'avertissement du gouvernement contre la campagne de distribution transfrontalière de tracts, Park a affirmé que des militants de son organisation avaient envoyé quelque 500.000 prospectus transportés par 20 gros ballons gonflés à l'hélium vers le royaume ermite lundi soir.

Cheong Wa Dae avait prévenu plus tôt que le gouvernement sévirait contre de tels actes qui, selon lui, constituent une violation des lois, y compris la loi sur les échanges et la coopération intercoréens.

La campagne de diffusion de tracts critiquant le système politique nord-coréen et la famille Kim au pouvoir au Nord a récemment été la principale source d'affrontements entre les deux Corées.

La police prévoit de l'interroger sur divers soupçons pesant sur son groupe de militants qui a mené la campagne de diffusion de prospectus.

La semaine dernière, la police a fait une descente dans les bureaux de l'organisation basée à Séoul ainsi que dans ceux de Kuensaem, un autre groupe d'activistes anti-Corée du Nord dirigé par le frère cadet de Park.

Ils ont également enquêté sur l'affaire en interrogeant des habitants des villes frontalières de Gimpo, Paju et Yeoncheon, dans la province du Gyeonggi, ainsi que de l'île de Ganghwa à Incheon, à l'ouest de Séoul.

La police devrait décider s'il y a lieu de chercher une inculpation de Park après l'interrogatoire.

Une image composite de Park Sang-hak, le transfuge nord-coréen qui dirige Fighters for a Free North Korea (FFNK), avec en fond des photos d'archives montrant la police et des activités de distribution de tracts anti-Pyongyang.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page