Go to Contents Go to Navigation

Le commandant de l'USFK pour des exercices conjoints de grande envergure contre la Corée du Nord

Actualités 01.07.2020 à 20h57

SEOUL, 01 juil. (Yonhap) -- La Corée du Sud et les Etats-Unis doivent continuer à organiser des exercices militaires conjoints de grande envergure face à l'évolution des capacités nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, a déclaré ce mercredi le commandant des forces américaines en Corée du Sud (USFK), le général Robert Abrams.

Dans un discours prononcé lors d'un forum tenu à Séoul, Abrams a également noté que davantage de travail doit être fait pour le transfert prévu du contrôle opérationnel (OPCON) en temps de guerre des forces sud-coréennes de Washington à Séoul.

«Malheureusement, nous avons dû reporter cette année notre exercice de poste de commandement conjoint sur le terrain en raison de la pandémie en cours. Bien que nous ayons été en mesure de mener une formation importante de développement des leaders, cela ne reproduit en aucun cas la rigueur et le réalisme de nos exercices semestriels sur le terrain», a déclaré Abrams.

En février, Séoul et Washington ont annoncé leur décision de reporter indéfiniment leur principal exercice de printemps en raison du Covid-19, et des discussions sont en cours pour établir le calendrier et le programme de leurs exercices conjoints d'été.

«Nous devons continuer à mener des entraînements conjoints avec des scénarios rigoureux», a déclaré le commandant, promettant de poursuivre les discussions avec la partie sud-coréenne sur les moyens de maintenir une position de préparation ferme.

Quand et comment organiser les exercices annuels estivaux ont attiré une attention particulière dans un contexte de tensions accrues avec la Corée du Nord. Pyongyang a longtemps dénoncé les exercices communs entre les Etats-Unis et la Corée du Sud comme une répétition d'invasion.

Les tensions avec la Corée du Nord se sont fortement accrues le mois dernier lorsque Pyongyang a coupé les lignes de communication avec Séoul, a fait sauter le bureau de liaison intercoréen et a menacé de prendre des mesures militaires en représailles à l'envoi de tracts de propagande anti-Pyongyang depuis la Corée du Sud.

La situation s'est ensuite un peu calmée après que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a mis en veilleuse les plans d'action militaires.

Le général Robert Abrams, commandant des Forces américaines en Corée du Sud et du Commandement des forces combinées, salue lors d'un forum qui s'est tenu à Séoul le 1er juillet 2020.

«Je pense que la Corée du Nord continuera à tester et à affiner sa capacité asymétrique. Nous devons continuer à les tenir responsables conformément aux politiques et procédures en vigueur», a déclaré Abrams.

Interrogé sur son évaluation des récentes mesures coercitives de la Corée du Nord, le commandant a déclaré que les alliés ont «les plus brillants professionnels du renseignement au monde» et ont travaillé avec d'autres pays partenaires sur ces questions, bien que personne «ne puisse dire avec autorité ce que pense le dirigeant Kim Jong-un».

L'exercice d'été de cette année devait initialement se concentrer sur le test de capacité opérationnelle totale (FOC) afin de vérifier si la Corée du Sud est en voie pour remplir les conditions du transfert de l'OPCON. Mais, selon certaines sources, l'armée américaine maintient qu'il devrait être destiné à renforcer leur position commune, plutôt qu'à préparer le transfert de l'OPCON.

«Des progrès significatifs ont été réalisés (concernant le transfert de l'OPCON), mais il reste encore beaucoup de travail à faire», a déclaré le commandant.

Séoul et Washington œuvrent à un transfert de l'OPCON sous conditions. Aucune échéance précise n'a été fixée, bien que beaucoup considèrent que les deux parties ont pour échéance 2022, ou à peu près.

Les conditions sont la capacité de la Corée du Sud à diriger le mécanisme de défense combiné des alliés, sa capacité de réponse initiale aux menaces nucléaires et balistiques du Nord et un environnement de sécurité stable dans la péninsule et dans la région.

Interrogé sur la possibilité d'un retrait des troupes américaines de la péninsule coréenne, Abrams a déclaré qu'il s'agissait de «déclarations follement spéculatives», soulignant que les Etats-Unis restent pleinement engagés dans la mission de défense de la république de Corée».

L'ancien ambassadeur américain en Allemagne Richard Grenell a déclaré le mois dernier que le président américain Donald Trump avait clairement dit espérer ramener les troupes américaines de Corée du Sud, du Japon et d'autres pays alliés, tout en confirmant le plan américain de retirer environ 30% de ses troupes, soit 10.000 militaires, de l'Allemagne.

Le forum, organisé par la Fondation de l'alliance Corée-USA (KUSAF), a également rassemblé des dizaines de responsables sud-coréens et américains, dont le ministre de la Défense Jeong Kyeong-doo et l'ambassadeur américain en Corée du Sud Harry Harris.

«L'alliance durable forgée pendant la guerre et renforcée au cours de décennies de coopération et d'engagement reste le pivot de nos relations bilatérales», a déclaré Harris, qui a qualifié l'alliance «d'une des plus fortes et des plus dynamiques au monde».

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page