Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Les médias nord-coréens n'ont pas critiqué la Corée du Sud depuis 12 jours

Corée du Nord 05.07.2020 à 14h02

SEOUL, 05 juil. (Yonhap) -- Les médias d'Etat de la Corée du Nord n'ont pas formulé de critiques vis-à-vis de la Corée du Sud depuis 12 jours, après que le dirigeant Kim Jong-un a ordonné la suspension des plans d'action militaire contre le Sud suite à des semaines de menaces et d'attaques verbales.

Durant ces presque deux semaines, le Rodong Sinmun, le principal quotidien nord-coréen, et la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV) ont fait zéro rapport négatif à propos du gouvernement sud-coréen.

Des organes de propagande ont poursuivi leurs déclarations dénonçant le Sud, mais celles-ci visaient des groupes spécifiques, comme l'armée sud-coréenne, des partis politiques et des associations civiques.

Ce changement d'attitude fait suite à de nombreux rapports émis par les médias nord-coréens durant tout le mois de juin à l'encontre du Sud, après que Kim Yo-jong, l'influente sœur du leader Kim, a publié une déclaration enflammée le 4 juin pour l'envoi vers le Nord de tracts de propagande par des transfuges et activistes au Sud.

Le 23 juin, les rapports anti-Séoul totalisaient près de 70. Le lendemain, lors d'une réunion préliminaire du Comité militaire central du Parti du travail, Kim Jong-un a pris la décision de stopper l'exécution des mesures armées contre le Sud.

Les tensions intercoréennes ont par la même occasion baissé un peu même si Pyongyang n'a pas réagi à l'engagement renouvelé du président Moon Jae-in de relancer les échanges entre les deux Corées et à son appel pour un autre sommet entre Kim et le président américain Donald Trump.

Au cours de la dernière réunion du Politburo le 2 juillet, Kim n'a pas abordé le sujet des relations transfrontalières. Hier, la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a dit que le Nord ne ressentait pas le besoin de s'asseoir à la même table que les Etats-Unis, en les accusant de tirer profit du dialogue entre les deux pays comme «un outil pour traiter leur crise politique».

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et sa sœur Kim Yo-jong. (Image composite fournie par Yonhap News TV)

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page