Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Le héros de guerre Paik Sun-yup inhumé au cimetière national de Daejeon

Actualités 15.07.2020 à 16h10
Cérémonie d'inhumation
Funérailles
Dépôt d'une fleur

SEOUL/DAEJEON, 15 juil. (Yonhap) -- La Corée du Sud a tenu ce mercredi une cérémonie funéraire pour Paik Sun-yup, un héros légendaire de la guerre de Corée (1950-1953) qui a aidé à empêcher le pays de tomber aux mains des Nord-Coréens alors que le chef d'état-major de l'armée de terre a promis de défendre solidement le pays que Paik a sauvé en versant «sang, sueur et larmes».

Le commandant en chef des Forces américaines en Corée du Sud (USFK), le général Robert Abrams, a assisté au service funéraire tenu à l'Asan Medical Center, dans l'est de Séoul, et a salué Paik comme «un patriote, un vrai soldat et un des pères fondateurs de notre alliance dure comme fer».

«Adieu mon ami et repose en paix», a déclaré Abrams.

L'événement a également vu la présence du ministre de la Défense Jeong Kyeong-doo, du chef d'état-major des armées Park Han-ki et des hommes politiques des partis au pouvoir et d'opposition.

Le service présidé par le chef d'état-major de l'armée de terre Suh Wook s'est déroulé en comité restreint en raison d'inquiétudes liées au nouveau coronavirus (Covid-19).

«Le général, de son esprit et de son corps, a montré ce qu'est le vrai patriotisme. Il était le symbole de l'armée de terre sud-coréenne et le symbole de l'alliance Corée du Sud-Etats-Unis», a souligné Suh. «Nous ferons de notre mieux pour défendre fermement la république de Corée que le général, avec ses camarades de guerre, a défendue avec sang, sueur et larmes.»

Paik, le premier général quatre étoiles du pays, est décédé vendredi dernier à l'âge de 99 ans.

Il est admiré pour avoir mené courageusement des batailles cruciales durant la guerre, dont la bataille de Dabudong ou Tabudong, dans laquelle son unité a arrêté avec succès l'avancée vers le sud des troupes nord-coréennes envahisseuses dans la région sud-est du pays jusqu'à l'arrivée des forces onusiennes dirigées par les Etats-Unis dans les premiers mois du conflit.

La bataille a empêché le Nord de s'emparer de l'ensemble de la péninsule coréenne et donné aux forces sud-coréennes et onusiennes l'opportunité de les repousser. La guerre s'est terminée par un armistice et non un traité de paix, laissant la péninsule en état de conflit.

Revêtu d'un uniforme militaire similaire à celui qu'il a porté pendant la guerre, le corps de Paik a été inhumé au cimetière national de Daejeon, dans le centre du pays.

De la terre provenant des huit anciens champs de bataille a été disséminée sur le cercueil lors de la cérémonie d'inhumation qui a vu également la présence de l'ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud Harry Harris, Abrams et d'anciens dirigeants militaires.

Près du cimetière, des groupes civiques pour et contre son inhumation au cimetière en question ont organisé des manifestations. Des centaines de policiers ont été mobilisés pour prévenir des affrontements.

Ses soutiens critiquent la décision du gouvernement de l'inhumer à Daejeon en revendiquant que Paik doit être enterré au cimetière national de Séoul, où des anciens présidents, des héros de guerre et d'autres vétérans de haut niveau sont enterrés.

Les détracteurs revendiquent que Paik ne mérite pas d'être enterré dans un cimetière national à cause de son passé datant de l'époque coloniale (1905-1945) pendant laquelle il a servi dans la force spéciale Gando de l'armée impériale du Mandchoukouo, qui a été créée pour réprimer les guérillas coréennes combattant contre le Japon colonial.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page