Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Selon Pompeo, Trump ne veut un autre sommet avec Pyongyang que si un progrès est probable

Actualités 16.07.2020 à 10h00

WASHINGTON, 15 juil. (Yonhap) -- Le président américain Donald Trump ne tiendra un autre sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un que s'il est probable que les deux parties réalisent un progrès concernant l'accord auquel ils ont abouti durant leur premier sommet à Singapour, a déclaré mercredi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Pompeo a rejeté l'idée que les dirigeants pourraient se rencontrer de nouveau avant l'élection présidentielle américaine en novembre, faisant entendre qu'il n'y a pas suffisamment de temps jusque-là.

Cependant, il a indiqué qu'il y avait davantage de discussions en cours entre Washington et Pyongyang qu'on ne le pensait, et a exprimé son espoir d'avoir des dialogues de haut niveau «avant trop longtemps».

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo durant une conférence de presse au département d'Etat à Washington, le mercredi 15 juillet 2020. (Reuters=Yonhap)

«C'est maintenant juillet. Je pense (qu'un sommet avant les élections) est peu probable, mais dans le cas où cela serait approprié - nous pensions que nous pouvions faire des progrès tangibles et la meilleure façon de le faire était de mettre le président Trump avec le président Kim pour le faire - je suis convaincu que les Nord-Coréens et le président Trump trouveront cela dans notre meilleur intérêt», a estimé Pompeo au cours de remarques virtuelles à l'Economic Club of New York.

Trump et Kim sont convenus de travailler pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne et l'amélioration des liens bilatéraux lors de leur premier sommet à Singapour en juin 2018.

Les efforts pour mettre en œuvre l'accord sont au point mort depuis le deuxième sommet en février 2019 au Vietnam qui s'est terminé sans accord du fait de grandes divergences d'opinions sur l'étendue de la dénucléarisation de la Corée du Nord et l'allégement des sanctions des Etats-Unis. La troisième et dernière rencontre entre les deux hommes a eu lieu dans la Zone démilitarisée (DMZ) à la frontière intercoréenne en juin 2019.

Les discussions sur une quatrième rencontre ont gagné du terrain après que le président Moon Jae-in a annoncé le mois dernier qu'il s'efforcerait d'en tenir une avant l'élection présidentielle américaine.

Et la semaine dernière, Trump a déclaré à la Gray Television qu'il rencontrerait Kim une nouvelle fois s'il pensait que cela serait «utile».

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (à g.) et le président américain Donald Trump se promènent à l'hôtel Sofitel Legend Metropole à Hanoï, le 28 février 2019, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

«Les Nord-Coréens ont envoyé des signaux mitigés mais la vérité est que le président Trump ne veut s'engager dans un sommet que si nous pensons qu'il y a une possibilité suffisantes que nous puissions réaliser un réel progrès dans l'obtention des résultats qui ont été proposés à Singapour», a indiqué Pompeo plus tôt mercredi durant un événement virtuel accueilli par The Hill.

«Nous essayons d'avoir des discussions éclairées avec les Nord-Coréens mais vous devez avoir un partenaire qui en a la volonté, et les Nord-Coréens ont choisi à ce stade de ne pas s'engager d'une manière qui pourrait conduire à une solution potentielle», a-t-il dit en exprimant son espoir de voir les Nord-Coréens «changer d'état d'esprit».

Les Nord-Coréens ont répété n'avoir aucun intérêt à discuter avec les Américains tant que les Etats-Unis resteront campés sur leur position.

Vendredi dernier, la sœur de Kim, Yo-jong, a publié un communiqué indiquant qu'elle doutait de la tenue d'un autre sommet cette année.

«Je pense que le sommet RPDC-USA est inutile cette année et dans l'avenir et, de notre côté, il n'est pas profitable à moins que les Etats-Unis ne montrent un changement décisif dans leur position», a-t-elle avancé, en faisant référence à l'acronyme du nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

Ses commentaires sont intervenus peu après que Pompeo a laissé entendre la possibilité d'une quatrième réunion Trump-Kim en disant que les Etats-Unis étaient optimistes sur la poursuite de la conversation, même à un niveau inférieur de celui d'un sommet ou, si cela est inapproprié, pour permettre à de «hauts dirigeants» de se rassembler de nouveau.

«Nous nous attendons à les impliquer dans un dialogue afin que nous puissions obtenir des résultats corrects», a souligné mercredi Pompeo à The Hill.

«Nous devons le faire. Nous devons le faire d'une manière qui est complètement vérifiable», a-t-il insisté en se référant à la dénucléarisation de la Corée du Nord.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page