Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Tracts anti-Pyongyang : un expert onusien demande une réunion avec le ministère de l'Unification

Actualités 22.07.2020 à 22h29

SEOUL, 22 juil. (Yonhap) -- Un rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord a demandé une réunion avec le ministère de l'Unification, a fait savoir ce mercredi un officiel du ministère sur fond de rapports selon lesquels le rapporteur est inquiet des mesures sud-coréennes de restreindre les activités des groupes de transfuges nord-coréens.

Dans une interview accordée mercredi (heure locale) à La Voix de l'Amérique et Radio Free Asia, Tomas Ojea Quintana a exprimé ses inquiétudes sur les mesures du gouvernement sud-coréen contre les groupes de transfuges nord-coréens et a déclaré qu'il entrerait en contact avec Séoul pour demander des informations.

L'ONU pourrait aussi «publier une communication formelle avec le gouvernement sud-coréen, demandant une gestion équilibrée des réglementations et du contrôle des organisations de la société civile», a-t-il dit.

«Ils ne nous ont pas dit de donner des informations mais il y a eu une demande pour une réunion», a déclaré le porte-parole du ministère de l'Unification, Yoh Sang-key, à des journalistes lors d'une conférence de presse.

«Nous expliquerons la position du gouvernement lors de la réunion», a-t-il ajouté en refusant de dire comment et quand se tiendra la rencontre.

Le ministère de l'Unification a indiqué plus tôt qu'il lancerait une inspection sur des groupes de militants, à commencer par 25 entités, dont 13 groupes dirigés par des transfuges nord-coréens. Les enquêtes débuteront plus tard ce mois-ci.

Les activistes ont protesté contre le plan du ministère, appelant Séoul à suspendre l'inspection.

«Effectuer une inspection sur les groupes de militants enregistrés au ministère de l'Unification, en particulier ceux qui travaillent pour les droits de l'Homme des Nord-Coréens et la réinstallation des transfuges, et vérifier s'ils répondent aux exigences sont une discrimination et une oppression», ont indiqué les groupes d'activistes dans un communiqué publié ce mercredi.

La semaine dernière, le ministère a révoqué les licences de deux groupes de transfuges nord-coréens pour avoir envoyé des prospectus vers le pays communiste au mépris des appels du gouvernement pour s'abstenir de mener ce type d'activités.

Le gouvernement avait déconseillé aux groupes d'envoyer des tracts en disant que ces actes violent la loi sur les échanges et la coopération intercoréens et peuvent mettre en péril la sécurité des habitants des zones frontalières.

Cependant, les groupes ont méprisé ces appels en citant leur droit à la liberté d'expression et en soulignant que l'envoi de tracts vise à fournir des informations aux habitants nord-coréens.

Cette photo, fournie le 23 juin 2020 par Fighters for a Free North Korea (FFNK), une organisation de transfuges nord-coréens défendant les droits de l'Homme des Nord-Coréens, montre un ballon contenant des tracts anti-Pyongyang en train d'être envoyé vers la Corée du Nord. Le groupe a affirmé les avoir envoyés la veille depuis Paju, au nord de Séoul, pour éviter la surveillance de la police. (Revente et archivage interdits)

mjp@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page