Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Retour au Nord d'un transfuge par la MDL : Séoul estime «les chances élevées»

Actualités 26.07.2020 à 16h05

SEOUL, 26 juil. (Yonhap) -- Concernant le retour annoncé ce dimanche par la Corée du Nord d'un transfuge à Kaesong par la Ligne de démarcation militaire (MDL), la défense sud-coréenne estime «les chances élevées», a dit un officiel militaire. Pyongyang soupçonne que le fugitif de retour dans sa ville d'origine a été contaminé par le nouveau coronavirus (Covid-19).

«L'armée étudie actuellement son parcours détaillé et estime les chances élevées qu'une certaine personne a traversé la frontière vers le Nord», a indiqué l'officiel sans dire que la personne en question est le transfuge mentionné par Pyongyang.

«A propos du rapport du Nord, notre armée est en train de vérifier les faits en collaboration étroite avec les agences concernées», a-t-il ajouté.

Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) revoit actuellement la posture de défense des forces militaires, y compris les équipements de surveillance et les vidéos d'enregistrement, a-t-il poursuivi.

L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a déclaré ce matin que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait convoqué une réunion d'urgence du bureau politique du Parti du travail et avait mis en place un «système d'urgence maximale» contre le coronavirus après le retour du transfuge ayant des symptômes du Covid-19.

«Un événement d'urgence a eu lieu dans la ville de Kaesong où un fugitif, qui était allé au Sud il y a trois ans, une personne suspectée d'avoir été infectée par le virus féroce, est rentré le 19 juillet après avoir franchi illégalement la ligne de démarcation», a détaillé le rapport.

Les autorités se pencheraient sur un homme de 24 ans qui résidait à Gimpo, à l'ouest de Séoul, en se basant sur la dépêche de la KCNA affirmant que la personne est passée au Sud en 2017.

Le transfuge, dont le patronyme serait Kim, n'a en effet plus donné de nouvelles ces derniers temps. Il faisait l'objet d'une enquête de police pour avoir prétendument violé une réfugiée le mois dernier.

Kim se serait enfuit du Nord à la nage et il est possible qu'il ait emprunté la même méthode sur le chemin du retour, et non une voie terrestre car la MDL séparant les deux Corées est très surveillée.

Les transfuges nord-coréens reçoivent habituellement des cours d'adaptation sociale pendant trois mois dès leur arrivée au Sud et bénéficient d'un soutien de la police pendant une période de protection de cinq ans. Cependant, il est en réalité difficile de suivre leurs déplacements en temps réel compte tenu du grand nombre de transfuges dans le pays.

Le nombre de transfuges nord-coréens a dépassé la barre des 30.000 en 2016. Un total de 1.047 transfuges nord-coréens sont arrivés en Corée du Sud en 2019 seulement.

Ce dernier incident pourrait de nouveau placer l'armée sous le feu des critiques, déjà en mauvaise posture à cause de défaillances dans la sécurité nationale et d'une discipline laxiste.

L'armée avait pourtant promis de resserrer ses rangs l'année dernière après qu'un petit bateau de pêche avec à bord quatre Nord-Coréens est entré dans un port sud-coréen de la côte est sans avoir été détecté par les forces armées nationales.

(2e LD) Retour au Nord d'un transfuge par la MDL : Séoul estime «les chances élevées» - 1

mjp@yna.co.kr

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page