Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le transfuge a rejoint la région frontalière en taxi avant de fuir en Corée du Nord

National 27.07.2020 à 20h06
Cette photo montre un conduit d'évacuation sur l'île de Gwanghwa, à 60 km à l'ouest de Séoul, où le sac qui appartiendrait au transfuge nord-coréen a été trouvé. Il aurait traversé la frontière à la nage pour retourner en Corée du Nord, le 19 juillet, selon des officiels militaires sud-coréens.

SEOUL, 27 juil. (Yonhap) -- La police a confirmé ce lundi que le transfuge nord-coréen soupçonné d'avoir fui en Corée du Nord la semaine dernière est arrivé à la frontière du côté sud-coréen le 18 juillet en taxi.

La Corée du Nord a annoncé dimanche qu'une personne qui aurait été infectée par le nouveau coronavirus est entrée à la ville frontalière de Kaesong le 19 juillet, conduisant le pays à fermer rapidement la ville et déclarer l'état d'urgence.

Un homme de 24 ans, nommé Kim, est arrivé à la zone frontalière sur l'île de Gwanghwa, à 60 km à l'ouest de Séoul, en taxi le 18 juillet au matin, a indiqué l'agence provinciale de police de Gyeonggi Nambu. La police a trouvé son sac à l'endroit où il est descendu du taxi.

Il s'est aussi rendu sur l'île le 17 juillet avec la voiture d'une amie transfuge, selon la police.

Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) a aussi indiqué ce lundi que Kim aurait traversé la frontière depuis l'île de Gwanghwa en passant par un conduit d'évacuation sous des barbelés.

Il s'est enfuit en Corée du Sud en 2017 en nageant vers l'île de Gyodong, près de Ganghwa.

Kim fait l'objet d'une enquête en Corée du Sud pour viol dans sa résidence à Gimpo, à l'ouest de Séoul, le 12 juin.

La police l'a mis en accusation après un interrogatoire et un mandat d'arrêt a été émis plus tôt ce mois-ci.

«Le suspect a insisté qu'il était ivre à ce moment-là et ne se souvenait pas de ce qui s'est passé, mais son ADN a été détecté (sur le corps de la victime), et de fortes suspicions pesaient contre lui», a déclaré un responsable de la police.

Selon la femme qui a prêté sa voiture à Kim, elle a prévenu la police le 19 juillet de son projet de s'enfuir en Corée du Nord mais la police l'a ignoré.

La police a nié ces dires, disant qu'elle a rapporté seulement que Kim ne lui avait pas rendu sa voiture et qu'elle n'a pas mentionné le projet de Kim de traverser la frontière.

La police a émis une interdiction de voyage à l'étranger à l'encontre de Kim le 20 juillet. La police prévoit de former une équipe d'inspection pour vérifier si les officiers ont correctement traité l'affaire de viol impliquant Kim et le présumé tuyau sur son évasion.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page