Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Séoul et Washington mèneront un exercice cet été pour tester le transfert de l'OPCON

Actualités 28.07.2020 à 22h00
Cette photo, prise le 27 février 2020, montre Camp Humphreys à Pyeongtaek, à environ 70 km au sud de Séoul.

SEOUL, 28 juil. (Yonhap) -- La Corée du Sud et les Etats-Unis prévoient d'utiliser le prochain exercice militaire combiné pour mieux préparer la reprise par Séoul du contrôle opérationnel (OPCON) en temps de guerre de ses forces depuis Washington et maintenir leur état de préparation conjointe, a déclaré mardi le ministère sud-coréen de la Défense.

C'est la première fois que le gouvernement confirme que les deux pays organiseront cet été un entraînement annuel majeur, qui attire une attention particulière après l'annulation de leur exercice de printemps en raison du nouveau coronavirus (Covid-19).

«Au cours de l'exercice combiné 2020, les deux parties font pression pour réaliser un test complet de capacité opérationnelle (FOC) en appliquant la future structure de commandement», selon le document du ministère présenté mardi à la commission de la défense du Parlement.

Le ministère n'a pas précisé le programme détaillé et l'échelle de l'exercice à venir, mais des sources ont déclaré que l'exercice de poste de commandement simulé par ordinateur se tiendrait le mois prochain de manière ajustée en tenant compte de la nouvelle situation de la pandémie de Covid-19.

«En organisant d'importantes formations de développement des leaders et en éduquant les officiels, nous visons également à maintenir la posture de préparation à se battre à n'importe quel moment (Fight Tonight) et à garantir les conditions pour le test FOC», a ajouté le ministère.

La Corée du Sud et les Etats-Unis divergent sur la façon de programmer l'exercice, Séoul appelant à se concentrer sur le test FOC et Washington soutenant que la manœuvre devrait se concentrer sur les moyens de renforcer leur posture commune en remplacement de l'exercice de printemps.

Interrogé sur le calendrier de l'exercice, le ministre Jeong Kyeong-doo a répondu que Séoul et Washington «envisageaient la mi-août, compte tenu de divers facteurs».

Des sources ont indiqué que l'exercice de poste de commandement simulé par ordinateur pourrait avoir lieu en tenant compte de la situation de nouveau coronavirus.

«Les membres du service américain ne peuvent pas venir en Corée du Sud à un niveau normal (en raison du coronavirus), et ceux qui arrivent ici auront besoin de se mettre en quarantaine. Nous allons trouver le moyen optimal dans ces circonstances», a indiqué Jeong.

Dès l'arrivée, le personnel américain se soumettra à deux reprises à un test de dépistage et seulement ceux qui auront testés négatifs participeront à l'exercice, a-t-il ajouté.

Le test FOC prévu vise à vérifier si Séoul est sur la bonne voie pour remplir les conditions du transfert de l'OPCON envisagé.

Au cours de l'exercice d'été organisé en août 2019, Séoul et Washington ont effectué un premier test de capacité opérationnelle (CIO) et leurs ministres de la Défense ont décidé de passer au test FOC. Après le test FOC, les alliés effectueront un test de capacité de mission complète (FMC).

Le gouvernement sud-coréen cherche à reprendre l'OPCON sous l'administration actuelle du président Moon Jae-in, dont le mandat se terminera en mai 2022, bien que la transition ne soit pas basée sur le temps mais sur des conditions.

Les conditions du transfert sont la capacité de Séoul à diriger le mécanisme de défense combiné des alliés, son aptitude à répondre initialement aux menaces nucléaires et de missiles du Nord ainsi qu'un environnement de sécurité stable dans la péninsule et dans la région.

Quant à la chance que le transfert de l'OPCON ne se déroule pas avant la date butoir du gouvernement sud-coréen, le ministre a répondu que Séoul «devra accepter les situations inévitables», y compris une éventuelle modification du plan.

L'année dernière, les deux parties sont convenues de nommer un général quatre étoiles sud-coréen distinct pour diriger le futur commandement conjoint envisagé, plutôt que d'avoir le patron du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) ou le chef du commandement des opérations au sol porter également la casquette de chef du Commandement des forces combinées (CFC) Corée du Sud-Etats-Unis.

Actuellement, un général quatre étoiles de l'armée américaine dirige le CFC. Après que Séoul aura repris l'OPCON des mains de Washington, un général sud-coréen sera censé le diriger.

Le ministre de la Défense Jeong Kyeong-doo (à droite) et son homologue américain Mark Esper posent pour une séance photos avant leur réunion au Pentagon à Washington, le 24 février 2020. (Photo fournie par le ministère de la Défense. Revente et archivage interdits)

as26@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page