Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Immobilier : Séoul cherche à taxer plus lourdement les spéculateurs étrangers

Actualités 05.08.2020 à 10h53
Complexes d'appartements à Séoul. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 05 août (Yonhap) -- Le parti au pouvoir, le Parti démocrate (PD), cherche à imposer des taxes plus lourdes pour les étrangers faisant l'acquisition dans le pays d'appartements à des fins spéculatives sur fond d'augmentation des logements détenus par les étrangers.

Cela intervient alors que le PD a promis de créer des contre-mesures en cas de nécessité dans un contexte de préoccupations croissantes sur la spéculation d'acheteurs étrangers.

Selon des officiels, un député du PD a récemment proposé un projet de loi visant à aider à prévenir les investisseurs étrangers de spéculer sur le marché immobilier local.

Le projet de loi, présenté par le député Chung Il-young, appelle à imposer une taxe d'acquisition de 20% pour les étrangers qui ne résident pas sans raison valable dans leur appartement acheté pendant six mois après l'achat.

La loi actuelle impose une taxe d'acquisition selon la valeur de la transaction sans considération de la nationalité de l'acquéreur et du lieu de résidence.

De plus, les acquéreurs étrangers d'appartements sont exemptés de diverses réglementations financières, tels que la limite des crédits immobiliers, soulevant des inquiétudes sur la discrimination à l'égard des acheteurs sud-coréens.

Chung a déclaré qu'il présenterait également des projets de loi pour imposer des impôts sur les plus-values et sur la propriété aux étrangers qui ne résident pas dans leur appartement après l'achat et établirait des contre-mesures en cas de besoin en étudiant des exemples à l'étranger.

Il a pris pour exemple la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Canada pour restreindre les achats immobiliers dans le but de prévenir la spéculation. La Nouvelle-Zélande interdit actuellement les transactions immobilières des étrangers, et Singapour impose une taxe d'acquisition très importante.

Les transactions immobilières des étrangers en Corée du Sud ont été en hausse ces dernières années sur fond de marché immobilier animé.

Selon le Service national des impôts (NTS), 1.036 étrangers ont acheté plus de deux biens immobiliers en Corée du Sud entre 2017 et mai de cette année en raison de la «demande spéculative». Parmi les 23.167 logements achetés par les étrangers durant la période citée, 32,7% n'étaient pas occupés par leur propriétaire.

Le NTS a déclaré avoir lancé des enquêtes fiscales sur 42 étrangers détenant plusieurs logements dans le pays.

Des données séparées ont montré que les transactions immobilières faites par des étrangers se sont élevées à 2.090 rien qu'au mois de juin, le chiffre le plus important depuis que la collecte de telles données a commencé en 2006.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page