Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Des médecins en grève dans tout le pays, des interruptions de service signalées

Actualités 27.08.2020 à 22h30

SEOUL, 27 août (Yonhap) -- Des milliers de médecins ont lancé une grève nationale mercredi malgré l'ordre du gouvernement de retourner au travail, avec des interruptions de service signalées dans les principaux hôpitaux.

L'action collective de trois jours menée par des médecins, y compris des internes et des médecins résidents des centres hospitaliers ainsi que des praticiens des cliniques de quartier, est survenue pour protester contre la décision du gouvernement d'augmenter le nombre d'étudiants en médecine.

La grève, la deuxième du genre, a été organisée par l'Association médicale coréenne (KMA), qui compte quelque 130.000 membres.

Le gouvernement a déclaré que le nombre de médecins stagiaires qui ont fait grève s'élevait à 6.070, soit 68,8 % des 8.825 internes et résidents du pays. Il a déclaré que sur les 200 hôpitaux généraux dotés d'un tel personnel, 165 médecins ont participé à la grève. Parmi les autres médecins, 28,1%, soit 549 sur 1.954, ne se sont pas présentés au travail pendant la journée.

Plus tôt dans la journée, le gouvernement a ordonné aux médecins en grève de la région métropolitaine de Séoul de retourner au travail alors que les cas supplémentaires de nouveau coronavirus (Covid-19) dans le pays augmentaient une nouvelle fois à plus de 300. C'est la première fois que Séoul ordonne aux médecins de retourner au travail, les actions précédentes étant axées sur la réouverture des hôpitaux et des cliniques.

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales a déclaré que sur les 32.787 cliniques du pays, 8,9%, soit 2.926, étaient fermées jeudi après-midi. Le nombre total de cliniques qui n'ont pas reçu de patients est légèrement supérieur aux 2.097 qui ont informé le gouvernement qu'elles seraient fermées. Ce chiffre est inférieur au taux de grève de 33% des praticiens recensés lors de la première grève au début du mois.

A la suite du lancement de la grève, le ministère a émis un ordre obligatoire à l'intention des médecins travaillant dans les hôpitaux du grand Séoul de retourner au travail, invoquant des inquiétudes concernant l'augmentation des infections au Covid-19.

«Dès 8h du matin, le gouvernement a ordonné aux médecins stagiaires et à leurs collègues travaillant dans les hôpitaux de formation à Séoul, dans la province du Gyeonggi et à Incheon de retourner immédiatement à leurs services médicaux», a déclaré le ministre de la Santé Park Neunghoo.

Ceux qui ne respectent pas l'ordre du gouvernement sans raison valable pourraient voir leur licence révoquée et même encourir une peine d'emprisonnement de moins de trois ans ou une amende pouvant aller jusqu'à 30 millions de wons (25.000 dollars).

Un médecin brandit une pancarte critiquant le gouvernement dans un hôpital à Séoul le 27 août 2020, deuxième jour d'une grève de trois jours menée par des dizaines de milliers de médecins dans tout le pays pour protester contre la réforme du personnel médical du gouvernement.

Le ministère de la Santé a déclaré que le secteur médical et le gouvernement étaient parvenus à un accord pour suspendre le plan de réforme jusqu'à ce que la pandémie de Covid-19 soit maîtrisée dans la grande région de la capitale.

Cependant, l'accord a été rejeté par l'Association coréenne des internes et résidents (KIRA) représentant les médecins stagiaires, a indiqué le ministère.

La KIRA a affirmé que ses membres ne suivraient pas l'ordre du gouvernement de retourner au travail, qualifiant l'injonction de «mauvaise loi».

«Dans le cadre de cette prise de position, certains médecins qui le souhaitent présenteront leur démission aux hôpitaux jeudi», a déclaré la KIRA.

Elle a ensuite fait savoir que certains médecins stagiaires offriraient leurs services dans le traitement des patients atteints du coronavirus.

L'association a expliqué que cette décision ne signifiait pas que les médecins suivent l'ordre et qu'ils s'engageraient dans des discussions sérieuses avec le gouvernement si le plan de réforme du secteur médical est abandonné.

La KMA a déclaré que l'action du gouvernement ordonnant aux médecins de mettre fin à la grève sera contestée devant les tribunaux et a fait valoir que cette mesure violait le droit à l'action collective.

Des milliers de médecins stagiaires ont déjà organisé une grève illimitée depuis la fin de la semaine dernière, appelant le gouvernement à abandonner le plan.

Les médecins stagiaires ont participé à une journée de grève le 7 août et à un retrait national de la KMA une semaine plus tard.

La grève a déjà entraîné des perturbations dans le système de santé à un moment où le pays a du mal à contenir la hausse des nouveaux cas de coronavirus.

Les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) ont signalé 320 nouveaux cas de Covid-19 ce mercredi, dont 307 infections locales, portant le nombre total de cas à 18.265.

Un total de 163 établissements médicaux sur 200, soit 58,3%, avec des médecins stagiaires se sont mis en grève, selon une enquête menée par le ministère de la Santé. Le ratio pour les collègues médecins était de 6,1%.

Le nombre d'interventions chirurgicales dans les grands hôpitaux généraux de la grande région de Séoul a presque diminué de moitié, car le débrayage a obligé les médecins à réduire les heures d'ouverture des cliniques et à retarder les procédures.

L'hôpital de l'université nationale de Séoul a déclaré qu'environ 60 opérations ont été réalisées, soit une forte baisse par rapport à la moyenne quotidienne de 120, tandis que plus de 110 opérations au centre médical Samsung ont été reportées.

Les centres hospitaliers ont remplacé les heures de nuit généralement couvertes par des internes et résidents par des médecins de niveau professeur pour éviter toute perturbation dans les salles d'urgence et les salles des patients dans un état critique.

La grève des praticiens des cliniques de quartier devrait également perturber le service médical, incitant le gouvernement à préparer un système d'urgence dans les centres de santé publique du pays.

Dans le cadre du plan de réforme du personnel médical du pays, le ministère de la Santé prévoit d'étendre les quotas d'admission dans les écoles de médecine de 4.000 au cours des 10 prochaines années, à partir de 2022, et d'ouvrir une nouvelle école de médecine publique, dans le but d'élargir la portée des services de santé.

Cela augmentera le nombre d'étudiants admis chaque année dans les facultés de médecine à 3.458 pendant la période 2022-2031 par rapport aux 3.058 actuels, selon le plan.

L'Association coréenne des internes et résidents (KIRA), qui représente les médecins stagiaires, a clairement indiqué à de nombreuses reprises que ses membres ne retourneront pas au travail, à moins que le gouvernement ne reconsidère ses plans.

C'est pourquoi tous les médecins stagiaires travaillant dans les salles d'urgence de l'hôpital Severance, un grand hôpital général du centre de Séoul, ont présenté des lettres de démission.

D'autres grands hôpitaux devraient également recevoir d'autres lettres de démission.

as26@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page