Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Kim Jong-un pas opposé aux troupes américaines au Sud mais aux exercices militaires, selon un livre

Corée du Nord 14.09.2020 à 10h29
Le nouveau livre de Bob Woodward «Rage». (EPA=Agence de presse Yonhap)

WASHINGTON, 14 sept. (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un n'a jamais demandé aux Etats-Unis de retirer leurs troupes stationnées en Corée du Sud mais est «très fâché» à propos de leurs exercices militaires conjoints avec le Sud, selon un livre du journaliste du Washington Post Bob Woodward qui sera bientôt publié.

Dans ce livre, Woodward écrit que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a conclu que le Nord pouvait en fait vouloir des troupes américaines en Corée du Sud.

«Pompeo a noté que selon tous les pourparlers et lettres, Kim n'a jamais directement ou indirectement soulevé le sujet des 30.000 soldats américains stationnés en Corée du Sud», a écrit Woodward, selon des extraits de son nouveau livre obtenus par l'agence de presse Yonhap.

«Kim a souhaité qu'ils soient là, a conclu Pompeo, car ils jouent également un rôle de surveillance de la Chine», a-t-il ajouté. Son nouveau livre «Rage» sera publié mardi.

La Chine est l'alliée communiste traditionnelle de la Corée du Nord et le plus grand partenaire commercial de loin, représentant près de 90% des importations et exportations de la Corée du Nord.

Malgré son opinion positive sur la présence militaire américaine sur la péninsule coréenne, Kim a exprimé sa colère sur les exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud dans au moins une de ses lettres adressées au président américain Donald Trump, a montré le livre.

Dans une lettre à Trump, datée du 5 août 2019, Kim a écrit : «Ma pensée est que les exercices militaires combinés provocateurs doivent être annulés ou reportés à l'approche de négociations de niveau de travail des deux pays où nous continuerions de discuter des affaires importantes.»

Dans cette lettre, le dirigeant nord-coréen n'a pas revendiqué la nécessité d'un retrait des troupes américaines. A la place, il a insisté sur l'arrêt des exercices conjoints. «Conceptuellement et hypothétiquement, le principal objectif des exercices préparatoires de la guerre est notre armée. C'est n'est pas un malentendu de notre part», a écrit Kim.

La lettre est intervenue un mois après que Kim et Trump ont tenu leur troisième tête-à-tête le 30 juin dans la Zone démilitarisée (DMZ) séparant la Corée du Sud et la Corée du Nord, au cours duquel Trump est devenu le premier chef d'Etat américain à mettre le pied sur le territoire nord-coréen.

Trump, d'autre part, a exprimé son souhait de retirer des troupes américaines de la Corée du Sud à plusieurs occasions et principalement pour des raisons économiques, selon le livre.

Même au plus fort des provocations en novembre 2017, Trump, durant un voyage en Corée du Sud, et après avoir vu le grand bâtiment vitré du géant des technologies sud-coréen Samsung, a dit : «C'est cela de quoi je parle. C'est un pays riche. Regardez ces immeubles hauts. Regardez ces métros ! Regardez tout cela. Nous payons pour toutes ces choses. Ils (la Corée du Sud) doivent payer pour tout.»

Dans un autre contexte, Trump a dit : «Nous protégeons la Corée du Sud de la Corée du Nord, et ils font fortune avec des téléviseurs et navires et d'autres choses. Ils gagnent beaucoup d'argent. »

Woodward estime dans son livre qu'il coûte environ 4,5 milliards de dollars par an pour maintenir les forces américaines en Corée du Sud. Trump a demandé plus tôt à Séoul de payer 5 milliards de dollars chaque année.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page