Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Nord pourrait tirer un MSBS vers le début du mois prochain

National 16.09.2020 à 16h44

SEOUL, 16 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord pourrait effectuer un tir d'essai de missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) vers l'anniversaire de la fondation du Parti du travail le mois prochain, a déclaré ce mercredi le candidat à la direction du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS), Won In-choul.

Ces remarques font allusion à un changement dans l'évaluation par l'armée de ce qui se déroule actuellement au Nord car le candidat au poste de ministre de la Défense, Suh Wook, a dit lundi que la possibilité d'un lancement de MSBS était faible du fait du temps court qui reste jusqu'à l'anniversaire le 10 octobre.

Il y a des spéculations selon lesquelles, à l'occasion de l'anniversaire, le Nord pourrait procéder à un tir d'essai de MSBS ou mener des provocations avec des armes qui pourraient être la nouvelle arme stratégique que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a promis de montrer dans son message du Nouvel An.

«Des travaux de restauration des dégâts causés par les récents typhons sont en cours sur le chantier naval de Sinpo. Une fois achevés, (la Corée du Nord) pourrait lancer un MSBS en ayant recours à des équipements de catapultage après des préparations pendant une courte période de temps», a déclaré Won dans des réponses écrites à des questions posées par des députés pour son audience de confirmation à l'Assemblée nationale prévue vendredi.

La Corée du Nord est dans la phase de développement et test d'un nouveau MSBS, même si le régime n'a pas atteint le niveau de production ou déploiement de masse, a indiqué le candidat, en ajoutant que la Corée du Sud surveille de près les mouvements concernés.

Selon le site américain 38 North, des images satellite commerciales du chantier naval de Sinpo ont montré qu'une barge submersible pour des tests de lancement de MSBS avait disparu, ce qui pourrait signifier un test imminent de MSBS, même si aucun autre indicateur de préparation du lancement n'a été observé.

Cette photo, publiée par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), montre le lancement d'un missile dans les eaux près de sa côte est le 2 octobre 2019. La KCNA a rapporté le lendemain un tir d'essai réussi d'un missile balistique lancé par sous-marin (SLBM) dans les eaux près de la ville côtière orientale de Wonsan. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Quant aux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) de la Corée du Nord, Won a dit que ceux-ci pouvaient être capables d'atteindre le continent américain mais que les technologies de rentrée atmosphérique du Nord devaient encore être vérifiées.

Les technologies sont considérées comme critiques comme elles permettent à une ogive de résister à de hautes températures durant le retour dans l'atmosphère terrestre.

Pyongyang possède trois types de missiles balistiques intercontinentaux : Hwasong-13, Hwasong-14 et Hwasong-15. Ils devraient tous pouvoir atteindre la plupart du continent américain, selon les Forces américaines en Corée du Sud (USFK).

Le dernier test d'ICBM du Nord a eu lieu en 2017. Après que les négociations sur la dénucléarisation avec les Etats-Unis sont tombées dans l'impasse en 2019, le Nord a repris les tests d'armes mais ceux-ci n'ont impliqué que des missiles balistiques ou fusées de courte portée.

«La Corée du Nord aurait développé des missiles balistiques de courte portée sur diverses plates-formes», a dit Won. «Nous sommes capables de détecter ces nouveaux missiles balistiques et les capacités de détection s'amélioreront si des systèmes d'alerte radar sont mis en exploitation.»

Dans une réponse à une question sur la possibilité que la Corée du Sud accueille des missiles stratégiques américains, comme des missiles balistiques de portée moyenne, Won a dit qu'«aucune discussion officielle sur la question n'a eu lieu, nous n'avons pas examiné la question et nous n'avons pas de plan à ma connaissance».

Won, qui est actuellement chef d'état-major de l'armée de l'air, a été nommé nouveau chef du JCS le mois dernier pour remplacer le général Park Han-ki.

Cette photo combinée, publiée le 30 mars 2020 par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), montre un test de lance-roquettes multiple effectué la veille. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page