Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le ministre de l'Unification souhaite un système commun de contrôle des catastrophes dans la DMZ

Actualités 17.09.2020 à 13h50
Le ministre de l'Unification lors d'une visite dans le village de la trêve de Panmunjom le 16 septembre 2020. (Joint Press Corps-Yonhap)

SEOUL, 17 sept. (Yonhap) -- Le ministre de l'Unification Lee In-young a souligné ce jeudi la nécessité pour les deux Corées d'établir un système de surveillance conjoint dans la Zone démilitarisée (DMZ) pour mieux faire face aux inondations, incendies forestiers et autres catastrophes naturelles.

Dans un discours prononcé au 2020 DMZ Forum qui s'est déroulé en ligne, Lee a également exprimé son souhait de voir la frontière la plus fortifiée au monde devenir une «zone de paix internationale» à travers le renforcement des échanges et de la coopération entre les deux parties.

«Si le Sud et le Nord mettent en place un système commun de contrôle des catastrophes dans la DMZ, cela pourra contribuer à protéger la sécurité des habitants en faisant rapidement face aux inondations, dégâts causés par les maladies et insectes nocifs, incendies forestiers et autres», a déclaré Lee.

«(Cela) pourra aussi amener des gens dans les régions frontalières connaissant un développement lent et faire fonctionner le moteur de l'économie de la paix si des routes et chemins de fer sont reliés», a-t-il ajouté.

Lee a souligné que la DMZ pourrait devenir une zone de paix internationale qui montrerait au monde la paix et le sens historique de la région.

«Pour ce faire, le gouvernement cherchera à relancer la coopération humanitaire et d'autres échanges (avec le Nord)», a-t-il affirmé.

La DMZ, longue de 250 km pour une largeur de 4 km, sert de zone tampon entre les deux Corées qui restent techniquement en état de guerre depuis que la guerre de Corée (1950-1953) s'est terminée par un armistice et non traité de paix.

Depuis son entrée en fonction en juillet, Lee cherche à améliorer les relations intercoréennes avec une «approche à petite échelle» pour relancer les échanges transfrontaliers, notamment dans des domaines ne faisant pas l'objet des sanctions internationales.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page