Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Sud fait à nouveau part de ses inquiétudes concernant l'eau contaminée de Fukushima

Actualités 22.09.2020 à 18h21

SEOUL, 22 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud a réitéré ce mardi ses inquiétudes quant à la possibilité que le Japon rejette en mer de l'eau radioactive provenant de sa centrale nucléaire désaffectée de Fukushima.

Le Japon étudie les moyens de se débarrasser de l'eau de la centrale nucléaire, qui a été dévastée par un tsunami déclenché par un tremblement de terre en mars 2011.

On estime que 1,1 million de tonnes d'eau contaminée est stockée temporairement à la centrale de Fukushima.

Le vice-ministre sud-coréen de la Science et des TIC, Jeong Byung-seon, a réitéré ses inquiétudes quant à un éventuel rejet des eaux en mer dans un message enregistré diffusé lors de la conférence annuelle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), selon le ministère de la Science.

La conférence générale de l'organisme de surveillance nucléaire des Nations unies s'est tenue en partie en ligne cette année en raison de la pandémie de coronavirus.

Jeong a déclaré que le rejet de l'eau contaminée aurait un impact sur l'environnement marin mondial et que la méthode du rejet et les risques environnementaux à long terme doivent être soigneusement étudiés en coopération avec les agences mondiales, telles que l'AIEA.

Le vice-ministre a également appelé à un rôle actif de l'AIEA pour faciliter la transparence dans le processus d'élimination de l'eau, ajoutant que les plans d'élimination du Japon devraient respecter le droit international, comme la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.

Le vice-ministre transmettra mercredi les préoccupations de la Corée du Sud au directeur général de l'AIEA, Rafael Mariano Grossi, selon le ministère de la Science.

Les conséquences de la catastrophe nucléaire à Fukushima ont été une source de conflit entre les deux pays voisins, la Corée du Sud ayant interdit toutes les importations de fruits de mer en provenance de huit préfectures japonaises près de Fukushima en 2013.

Ministère de la Science et des TIC.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page