Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le Nord demande au Sud de ne pas violer la frontière maritime après le meurtre du fonctionnaire

National 27.09.2020 à 12h01

SEOUL, 27 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord a demandé ce dimanche à la Corée du Sud d'arrêter de violer la frontière en mer Jaune pour tenter de retrouver le corps du fonctionnaire qui a été tué dans les eaux nord-coréennes. Le Nord a ajouté qu'il mènerait aussi des recherches et que le corps serait rendu s'il est repêché.

La Corée du Sud est actuellement à la recherche du corps de l'employé de 47 ans du ministère des Océans et de la Pêche sur qui des soldats nord-coréens ont ouvert le feu, le 22 septembre, alors qu'il dérivait dans l'eau en direction du nord. Séoul affirme que les soldats ont tué le Sud-Coréen et brûlé son corps, alors que Pyongyang prétend que la dépouille a simplement disparu.

«Selon un rapport de la flotte occidentale de notre marine, la partie Sud a mobilisé de nombreux bateaux dont des navires de guerre pour une opération de recherche présumée et les laisse pénétrer dans nos eaux territoriales depuis le 25 septembre. Cela incite notre vigilance comme cela peut entraîner un nouvel incident affreux», a revendiqué l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

«Nous ne pouvons jamais ignorer une intrusion dans nos eaux territoriales et nous avertissons sérieusement le Sud. Nous exhortons la partie Sud à arrêter immédiatement toute intrusion à travers la ligne de démarcation militaire en mer de l'Ouest (mer Jaune) qui pourrait déboucher sur une escalade des tensions», a poursuivi la KCNA.

Cet avertissement rappelle que le gouvernement nord-coréen ne reconnaît pas la Ligne de limite Nord (NLL), la frontière maritime de facto. Depuis longtemps, il conteste cette ligne à l'origine d'incidents.

Selon le régime nord-coréen, la NLL doit être déplacée plus vers le sud comme elle a été tracée unilatéralement par le Commandement des Nations unies (UNC), mené par les Etats-Unis, après la fin de la guerre de Corée (1950-1953).

Lors des négociations de l'armistice, l'UNC et la partie nord-coréenne étaient tombés d'accord sur la ligne de démarcation terrestre mais pas maritime. Le conflit autour de la NLL n'est toujours pas résolu.

L'agence officielle a ajouté que la Corée du Nord avait l'intention d'organiser sa propre opération de recherche et d'étudier les «procédures» et les «moyens» pour rendre au Sud le corps «dans l'éventualité où il est retrouvé durant l'opération».

Avant-hier, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a présenté des excuses suite à la mort de l'officiel sud-coréen dans un message envoyé au palais présidentiel sud-coréen en disant être profondément désolé de l'incident «inattendu» et «fâcheux» qui s'est déroulé dans les eaux de son pays.

Cependant, le message du Nord donne une version très différente de celle de Séoul, notamment sur la manière dont le corps a été traité. Les points concernant l'intention ou non du Sud-Coréen de faire défection au Nord et l'origine de l'ordre de l'abattre constituent aussi des désaccords.

Hier, la présidence sud-coréenne a dit qu'elle demanderait au Nord de mener une enquête additionnelle ou conjointe sur le meurtre pour déterminer ce qui s'est passé exactement. On ne sait pas encore si la Corée du Nord acceptera cette requête.

Des Garde-côtes sud-coréens mènent une opération au large de l'île de Yeonpyeong, près de la frontière intercoréenne en mer Jaune, le 25 septembre 2020, pour tenter de retrouver le corps du fonctionnaire qui a été tué par des soldats nord-coréens trois jours plus tôt. (Photo fournie par les Garde-côtes sud-coréens. Revente interdite)

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page