Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Cheong Wa Dae demande au Nord une enquête conjointe sur l'incident en mer Jaune

Actualités 28.09.2020 à 09h33
Suh Choo-suk, directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale, donne un point de presse sur les résultats de la réunion d'urgence des ministres liés à la sécurité le dimanche 27 septembre 2020, à Cheong Wa Dae.

SEOUL, 28 sept. (Yonhap) -- Cheong Wa Dae a appelé dimanche la Corée du Nord à effectuer une enquête conjointe sur le meurtre récent d'un officiel sud-coréen en charge du contrôle de la pêche et, pour cela, à rouvrir le canal de communication militaire bilatéral.

Le palais présidentiel a fait cette déclaration peu après que le président Moon Jae-in a tenu une réunion d'urgence avec les ministres liés à la sécurité sur l'incident.

En informant les journalistes des résultats de la réunion de 90 minutes, Suh Choo-suk, directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale, a indiqué que le gouvernement évaluait «positivement» les «excuses rapides» du Nord et son engagement à prévenir la récurrence d'un incident similaire.

Mais il y a des divergences entre les deux côtés sur la façon dont a été tué le fonctionnaire âgé de 47 ans par les troupes nord-coréennes près de la frontière maritime occidentale la semaine dernière.

Jeudi dernier, le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) a affirmé que l'officiel affilié au ministère des Océans et de la Pêche en charge de la supervision des activités de pêche avait été tué par balles après avoir traversé la frontière maritime et que l'armée nord-coréenne avait brûlé son corps.

Dans une notification officielle à Séoul, cependant, Pyongyang a déclaré que ses troupes avaient tiré plus de 10 balles, apparemment pour le tuer, qu'elles n'avaient pas retrouvé son corps et que les soldats avaient brûlé l'«objet flottant» sur lequel il s'était agrippé conformément aux directives d'urgence de l'Etat pour la prévention du nouveau coronavirus (Covid-19), selon Cheong Wa Dae.

La notification a également inclus des excuses de la part du dirigeant du Nord, Kim Jong-un. Suh a fait savoir que le gouvernement demandait une enquête conjointe avec une «attitude ouverte» à une date rapprochée, sans être restreint par l'annonce et la notification de la semaine dernière.

Il a appelé à la restauration et réouverture du canal de communication militaire entre les deux côtés pour des consultations liées.

Suh a souligné que la première tâche était de récupérer le corps de l'officiel et d'aider à trouver la vérité derrière l'incident avec une considération «humanitaire» pour les membres de sa famille.

Il a également demandé aux autorités et bateaux de pêche de la Chine opérant près de la frontière maritime intercoréenne, la Ligne de limite Nord (NLL), leur soutien à l'enquête.

Le ministre de la Défense Suh Wook, le chef du Service national du renseignement (NIS), Park Jie-won, le secrétaire général du bureau présidentiel Noh Young-min et le conseiller à la sécurité nationale Suh Hoon ont pris part à la réunion d'urgence dirigée par le président Moon Jae-in.

Plus tôt dimanche, le Nord a demandé au Sud d'arrêter de violer la frontière en mer Jaune pour tenter de retrouver le corps du fonctionnaire en disant que cela pourrait entraîner une escalade des tensions.

«Nous ne pouvons jamais ignorer une intrusion dans nos eaux territoriales et nous avertissons sérieusement le Sud. Nous exhortons la partie Sud à arrêter immédiatement toute intrusion à travers la ligne de démarcation militaire en mer de l'Ouest (mer Jaune) qui pourrait déboucher sur une escalade des tensions», a déclaré hier l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page