Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Ire des développeurs coréens face aux frais de 30% imposés par Google sur toutes les applications

Actualités 29.09.2020 à 15h00

SEOUL, 29 sept. (Yonhap) -- Google Inc. est confronté à une levée de boucliers de la part des développeurs sud-coréens après avoir annoncé lundi (heure des Etats-Unis) qu'il appliquerait le système de facturation de son marché des applications, qui facture 30% de frais à tous les développeurs d'applications.

Alors que Google prend une part de 30% pour tous les achats intégrés sur le Play Store via son système de facturation, certaines applications ont contourné la règle en utilisant d'autres méthodes, telles que les paiements directs par carte de crédit.

«Nous avons clarifié le libellé de notre politique de paiement pour qu'il soit plus explicite concernant le fait que tous les développeurs vendant des produits numériques dans leurs applications sont tenus d'utiliser le système de facturation de Google Play», a notifié Google, ajoutant que cela donnerait aux développeurs d'applications une période de grâce d'un an pour l'adopter, tandis qu'il commencera à appliquer le système de facturation sur les nouvelles applications du Play Store le 20 janvier.

Google a déclaré que le changement de politique n'affecterait pas la majorité des développeurs d'applications, car près de 97% utilisent déjà le système de facturation de Play, ajoutant que seulement 2% des développeurs d'applications sud-coréens seraient concernés par le changement de politique.

(LEAD) Ire des développeurs coréens face aux frais de 30% imposés par Google sur toutes les applications - 1

Cette décision a provoqué un tollé de la part des développeurs d'applications sud-coréens qui craignent un effet délétère sur l'industrie locale des applications.

Le mois dernier, avant même l'annonce officielle de Google, l'Association coréenne des sociétés Internet (K-internet), qui représente les principales entreprises technologiques locales, comme Naver Corp., l'opérateur du premier portail Web du pays, a demandé au régulateur des télécommunications sud-coréen, la Commission coréenne des communications (KCC), de se pencher sur les changements de politique supposés.

Le groupe a fait valoir que cette décision entraînerait davantage de frais pour les utilisateurs d'applications et renforcerait la domination de Google, qui détient déjà une forte emprise sur le marché local des applications.

Le Play Store de Google détenait une part de 63,4% des ventes totales de l'App Store dans le pays l'année dernière à 6.000 milliards de wons (5 milliards de dollars), contre l'App Store d'Apple avec une part de 24,4% à 2.300 milliards de wons, selon l'Association coréenne des entreprises Internet mobiles (MOIBA).

Les développeurs d'applications locales ont également fait valoir que la décision de Google pourrait enfreindre les règles de télécommunications locales qui interdisent les restrictions injustes pour les utilisateurs choisissant des services.

Han Sang-hyuck, le président de la KCC, a fait valoir devant les députés plus tôt ce mois-ci qu'il considérait l'application par Google de son système de facturation comme une violation, mais il est actuellement en train de réexaminer la question.

(LEAD) Ire des développeurs coréens face aux frais de 30% imposés par Google sur toutes les applications - 2

De son côté, Google a minimisé les préoccupations, affirmant qu'il était engagé dans un système ouvert et se conformerait aux lois locales.

«Les développeurs ne sont pas obligés d'utiliser Google Play. Android offre la possibilité d'utiliser de nombreux autres outils d'application Android sans utiliser le système de facturation de Google Play», a argumenté Purnima Kochikar, directrice de Google Play, lors d'un briefing en ligne, citant d'autres options, telles que Samsung Galaxy Store et ONE Store d'Electronics Co., exploités par le premier opérateur de téléphonie mobile du pays, SK Telecom Co.

Google a également pris pour cible Naver ainsi que le principal opérateur de messagerie Kakao Corp., affirmant qu'ils avaient pu réussir sur les marchés étrangers grâce à Google Play.

«Naver et Kakao exploitent des systèmes de facturation uniques pour répondre aux exigences du marché intérieur. Cependant, ils apprécient la commodité du système de facturation de Google Play sur les marchés étrangers», a-t-elle affirmé, soulignant la popularité de l'application manga Piccoma de Kakao et Line Manga de Naver sur le marché japonais via son système de facturation.

Au milieu des vives protestations des développeurs locaux, Google a annoncé qu'il dépenserait 115 milliards de wons au cours des 12 prochains mois pour soutenir les développeurs d'applications sud-coréens qui fournissent des services de contenus numériques et offrent des avantages aux utilisateurs tels que des remises.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page