Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Dans une lettre au président Moon, le fils de l'officiel assassiné exige la vérité

Actualités 06.10.2020 à 11h03

SEOUL, 06 oct. (Yonhap) -- Le fils du responsable des pêches tué par la Corée du Nord en mer Jaune le mois dernier a exprimé ses doutes quant à l'annonce du gouvernement selon laquelle son père cherchait à faire défection et a plaidé auprès du président pour que toute la lumière soit faite sur sa mort.

Dans une lettre publiée lundi soir par Lee Rae-jin, le frère aîné du fonctionnaire, il a demandé au président Moon Jae-in : «Pensez-vous qu'il soit vraiment logique que mon père, qui n'a jamais appris à nager et ne pesait que 68 kg pour une taille de 180 cm, ait nagé 38 km contre le courant de la marée?»

Il a également rejeté la possibilité que l'officiel des pêches ait tenté de s'enfuir en Corée du Nord en sautant du navire gouvernemental surveillant les bateaux de pêche. Son «diligent» père «était si fier de son travail qu'il en a parlé lors de la session de mon école pour présenter son emploi», a souligné le fils de 17 ans. Et même si la nature de son travail ne lui permettait de rentrer à la maison que deux fois par mois, son père était un père de famille qui adorait ses enfants, a-t-il ajouté.

Une photo fournie par Lee Rae-jin, le frère aîné du responsable des pêches tué par des soldats nord-coréens en septembre dernier, montre la lettre écrite par l'un des fils de l'officiel et adressée au président Moon Jae-in. (Revente et archivage interdits)

L'armée sud-coréenne et les Garde-côtes ont conclu que le responsable de 47 ans avait été abattu par l'armée nord-coréenne dans les eaux bordant l'île de Yeonpyeong, alors qu'il tentait de faire défection vers le Nord. L'île est située près de la Ligne de limite Nord (NLL), la frontière maritime de facto entre les deux Corées.

Le fils a également soutenu qu'il était naturel que le Nord connaisse les détails personnels de son père, comme son nom et sa ville natale, uniquement parce que les soldats ont dû poser ces questions «sous la menace d'une arme» en approchant de l'homme flottant en mer. Le gouvernement sud-coréen a cité la connaissance de ces détails par le pays communisqte comme preuve de la défection volontaire du fonctionnaire.

«Ma famille ne peut pas croire les dires du gouvernement car ce n'étaient que des mots et nous n'avons vu aucune preuve (pour soutenir que mon père a tenté de faire défection)», a-t-il mis en avant. «Je ne peux même pas admettre que l'homme trouvé dans les eaux du Nord étaient mon père.»

«Imaginez que les douleurs que traverse ma famille étaient celles de vos enfants ou petits-enfants. Agiriez-vous toujours comme vous le faites maintenant ?», a-t-il demandé. «A qui la faute si nous ne pouvons même pas retrouver son corps. Je veux demander ce que le pays faisait pendant que mon père a été brutalement assassiné, et pourquoi le pays n'a pas pu le protéger.»

Cette photo fournie par le frère de l'agent des pêches décédé montre la carte d'identité laissée sur le bateau. (Revente et archivage interdits)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page