Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le ministre de l'Unification ordonne une enquête sur la fuite d'information concernant la défection d'un diplomate nord-coréen

Actualités 08.10.2020 à 21h47
Le ministre de l'Unification Lee In-young répond aux questions lors d'un audit parlementaire de son ministère, le 8 octobre 2020.

SEOUL, 08 oct. (Yonhap) -- Le ministre de l'Unification Lee In-young a dit ce jeudi avoir ordonné une investigation sur la fuite d'information concernant la défection d'un haut diplomate nord-coréen en Corée du Sud, rejetant les spéculations selon lesquelles le gouvernement aurait divulgué cette information pour des raisons politiques.

Lee a fait cette déclaration durant un audit parlementaire après qu'il a été dévoilé cette semaine que Jo Song-gil, ancien ambassadeur nord-coréen par intérim en Italie avant sa disparition fin 2018, est en Corée du Sud depuis juillet de l'année dernière.

Un média local l'a rapporté avant que le chef de la commission parlementaire du renseignement ne le confirme mercredi. La divulgation a suscité des critiques selon lesquelles elle risque de mettre les membres de la famille de Jo à Pyongyang, y compris sa fille, en danger.

Lee a indiqué avoir ordonné une investigation sur la fuite d'information.

«Notre gouvernement n'utilise pas intentionnellement une telle question ou n'utilise pas la publication de telles informations à des fins politiques, comme le font certains médias», Lee a déclaré durant l'audit.

«Je ne savais pas si l'information allait être divulguée. Je l'ai appris par le biais des médias», a-t-il répondu aux législateurs lorsqu'on lui a demandé s'il savait à l'avance si l'information allait être rendue publique.

Lee a déclaré que la décision de garder secrète la localisation de Jo avait été prise «en tenant compte de sa situation familiale en Corée du Nord et des problèmes de sécurité».

Le député du parti de l'opposition Cho Tae-yong a appelé le gouvernement à prendre ses responsabilités, soulignant que la divulgation de telles informations sensibles, quoique involontairement, reste toujours une «défaillance de la sécurité de l'information».

Jo a disparu en novembre 2018 sans préavis alors qu'il était ambassadeur par intérim à Rome, juste avant la fin de son mandat. Il a été rapporté qu'il demandait l'asile dans un pays tiers sous la protection du gouvernement italien et d'autres gouvernements.

Jo serait avec sa femme en Corée du Sud. Leur fille mineure a été rapatriée en Corée du Nord en février de l'année dernière, selon le ministère italien des Affaires étrangères.

L'affaire était maintenue secrète car Jo voulait que sa localisation reste privée et s'inquiétait pour sa famille en Corée du Nord, selon Jeon Hae-cheol, président du comité du renseignement de l'Assemblée nationale.

Jo est le premier ambassadeur nord-coréen à s'installer au Sud depuis l'arrivée au pouvoir du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en 2011.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page