Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Un lobby d'affaires sud-coréen demande au Japon d'alléger les restrictions d'exportation

Actualités 22.10.2020 à 10h52

SEOUL, 22 oct. (Yonhap) -- La Fédération des industries coréennes (FKI) a demandé ce jeudi au Japon d'alléger ses restrictions sur les exportations de produits industriels clés vers la Corée du Sud afin d'aider à améliorer les liens tendus entre les deux pays.

Kwon Tae-shin, vice-président de la FKI, a formulé cette requête lors d'une réunion avec l'ambassadeur japonais à Séoul, Koji Tomita, et des dirigeants commerciaux locaux dans la capitale sud-coréenne.

«Nous voudrions que l'ambassadeur Koji Tomita déploie des efforts pour aider les dirigeants sud-coréen et japonais à se rencontrer pour détendre leurs relations tendues (concernant des questions politiques)», a déclaré Kwon.

Kwon Tae-shin, vice-président de la Fédération des industries coréennes (FKI). (Revente et archivage interdits)

Kwon a également appelé le gouvernement japonais à élargir son soutien aux entreprises coréennes opérant dans le pays voisin sur fond de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Les cadres de 20 entreprises, y compris Hyundai Motor Co., Korean Air Lines Co., SK hynix Inc. et KB Kookmin Bank, ont assisté à la réunion tenue au siège de la FKI à Yeouido.

L'ambassadeur japonais a déclaré que les deux pays devaient résoudre la question des restrictions d'exportation à travers des discussions politiques qui, selon lui, sont à l'arrêt.

En juillet 2019, Tokyo a durci le règlement sur les exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux de haute technologie essentiels à la production de semi-conducteurs et d'écrans.

Le mois suivant, le Japon a retiré la Corée du Sud de sa liste de pays bénéficiant d'un traitement préférentiel dans les procédures commerciales.

Séoul considère ces décisions comme des actes de représailles contre les verdicts de la Cour suprême de 2018 ordonnant à des entreprises japonaises d'indemniser des victimes coréennes du travail forcé quand la péninsule coréenne se trouvait sous le joug colonial japonais (1910-1945).

De plus, les restrictions d'entrée du Japon imposées le 9 mars aux voyageurs venant de Corée du Sud sur fond de craintes du virus et de mesures correspondantes de Séoul ont suspendu le trafic aérien entre les deux pays.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page