Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La classe politique divisée à propos de l'héritage du défunt patron de Samsung

National 25.10.2020 à 16h54
(Photo d'archives Yonhap)
Lee Nak-yon, président du PD. (Photo d'archives Yonhap)
Direction du PPP. (Photo d'archives Yonhap)
Direction du PJ. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 25 oct. (Yonhap) -- Les réactions de la classe politique au décès de Lee Kun-hee, patron du groupe Samsung, ont été divisées ce dimanche alors que l'icone légendaire des affaires a fait l'objet de critiques et d'éloges pour sa détermination inlassable à réussir même aux dépens de la loi.

«Les héritages négatifs qu'il a laissés derrière lui tels que les transactions anticoncurrentielles au sein du groupe, l'établissement de relations étroites entre les entreprises et l'administration et la gestion sans syndicat constituent des obstacles de nos temps que notre société doit abolir», a déclaré le député Huh Young, porte-parole du Parti démocrate (PD), qui a également présenté ses condoléances.

Huh a également décrit la vie tumultueuse de Lee comme celle de la «gloire et du déshonneur».

«En dirigeant le bond mondial de Samsung, (Lee) a été la force motrice qui a permis de poser la pierre angulaire de la croissance de la Corée du Sud. Samsung a aspiré à devenir un leader, en le faisant toutefois souvent hors des limites de la loi.»

Le député Lee Nak-yon, président du PD, a salué les grands accomplissements commerciaux de Lee mais a également souligné les influences négatives du défunt patron telles que sa vision du monde économique orienté vers chaebol et la non-acceptance des syndicats au sein de Samsung.

«J'espère que Samsung rompra avec ses méfaits du passé et s'efforcera de renaître», a-t-il écrit sur son compte Facebook.

Le Parti du pouvoir du peuple (PPP), principale formation d'opposition, a quant à lui loué la vision et la gestion de Lee en vue de transformer Samsung en une puissance mondiale.

«(Lee) a créé la base sur laquelle Samsung est devenu la première société mondiale dans les industries de semi-conducteurs et téléphones mobiles», a déclaré Bae June-young, porte-parole du PPP.

«Nous devons préparer le futur avec innovation et en travaillant dur de sorte à ce que la volonté (de Lee) ne se soit pas vaine.»

Des petites formations politiques ont également présenté des réactions divergentes selon leur spectre idéologique.

Le Parti de la justice (PJ) a affirmé que Lee a laissé derrière lui une «histoire sombre» dans la société sud-coréenne moderne avec sa gestion sans syndicat. «Cette ombre s'est étendue au vice-président Lee Jae-yong. Nous demandons que (Samsung) essuie l'ombre de l'histoire sombre.»

Le Parti du peuple (PP), parti du centre-droit, a souligné que les contributions et accomplissements de Lee dans l'économie sud-coréenne ne doivent pas être pris à la légère.

Samsung est au centre de l'économie sud-coréenne alors que le capital du groupe, qui était de 8.000 milliards de wons (6,9 milliards de dollars) au moment où Lee a succédé à son père à la tête du groupe, est estimé aujourd'hui à plus de 400.000 milliards de wons.

Son fils unique, Lee Jae-yong, devrait devenir le nouveau patron du groupe Samsung mais fait l'objet d'un vaste scandale autour de sa succession.

Lee a été inculpé de fraude comptable et manipulation des cours de titres dans le cadre d'une fusion controversée entre deux filiales du conglomérat, une opération qui est perçue en grande partie comme une étape clé pour qu'il succède à son père à la tête de Samsung.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page