Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Clôture du Festival du film de Busan en toute sécurité sur fond de pandémie de Covid-19

Sport/Culture 30.10.2020 à 18h10
Le film d'ouverture du 25e Festival international du film de Busan (BIFF), «Septet: The Story of Hong Kong», est projeté au Busan Cinema Center, dans l'arrondissement de Haeundae à Busan, le mercredi 21 octobre 2020. Le festival se déroule cette année sans cérémonie d'ouverture et de clôture en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

SEOUL, 30 oct. (Yonhap) -- Le 25e Festival international du film de Busan (BIFF) a clôturé ce vendredi, ayant expérimenté avec succès un système hybride dans le contexte de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Lors de l'édition de cette année du BIFF, qui a débuté le 21 octobre pour 10 jours, un total de 192 œuvres de 68 pays ont été projetées sur six écrans du Centre du Cinéma de Busan (BCC), avec pour film d'ouverture «Septet: The Story of Hong Kong».

«Il est significatif que nous ayons pu organiser le festival du film au milieu de la pandémie, et nous sommes heureux de pouvoir achever l'événement sans problème», a déclaré le président du BIFF Lee Yong-kwan lors d'une conférence de presse en ligne. «Je voudrais remercier tout le monde et les fans de films sud-coréens de leurs contributions à la gestion réussie de l'événement.»

Le festival annuel a été repoussé de deux semaines et fortement réduit en termes de nombre de films projetés et événements affiliés tenus en raison de l'épidémie de Covid-19 et des mesures de distanciation sociale renforcées.

La cérémonie d'ouverture a été annulée, ainsi que la cérémonie de clôture. Des directives sanitaires strictes ont été imposées sur les cinémas, exigeant de tous les spectateurs qu'ils communiquent leurs informations personnelles et se soumettent à un contrôle de la température. Tous les tickets devaient être réservés en avance en ligne. Les cinémas fonctionnaient à seulement 25% de leur capacité.

«Nous avons respecté fermement les règles de distanciation sociale. Certaines personnes se sont plaintes, mais nous avons pensé que ces mesures étaient nécessaires pour organiser l'événement», a déclaré le directeur en chef de la programmation Nam Dong-chul. «Nous sommes fiers du fait que le BIFF de cette année a fini en toute sécurité.»

Malgré des règles de distanciation sociale renforcées, et le programme réduit, les cinéphiles ont continué de soutenir le plus grand festival du film du pays, selon le BIFF.

Plus de 18.000 personnes, seulement environ un dixième du chiffre de l'année dernière, ont assisté à l'événement cinématographique cette année. Mais le nombre représentait 92% des 20.000 tickets disponibles cette année, le plus grand pourcentage dans les 25 ans d'histoire du BIFF.

Le festival a également organisé avec succès des événements en ligne, dont 90 rencontres entre des invités et spectateurs, pour mettre en relation les réalisateurs à l'étranger et le public à Busan.

«Nous avons été contraints de faire une transition et de tenir des événements en ligne en raison du Covid-19», a dit Lee. «En se basant sur l'expérience de cette année, je pense que nous pouvons organiser un festival bien meilleur l'année prochaine.»

Le prix dans la principale catégorie de la compétition, New Currents, a été décerné à «A Balance» du réalisateur japonais Yujiro Harumoto et à «Three» du réalisateur coréano-kazakh Pak Ruslan.

Deux réalisateurs iraniens ont partagé le prix Kim Ji-seok. «Drowning in Holy Water» de Navid Mahmoudi et «The Slaughter House» d'Abbas Amini ont reçu le prix portant le nom d'un défunt directeur en chef de la programmation du BIFF, qui a contribué à découvrir de nouveaux films asiatiques et soutenir de jeunes cinéastes asiatiques.

Le prix Mecenat du BIFF a été attribué à «The Art of Living in Danger» de Mina Keshavarz et «Sister J» de Lee Soo-jung, tandis que «Georgia» de Jayil Pak et «Mountain Cat» de Lkhagvadulam Purev-Ochir ont obtenu le prix Sonje.

Les Coréens Jisoo et Lim Seong-mi ont remporté les prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice, pour leur rôle dans «Our Joyful Summer Days» et «Fighter», respectivement.

Le BIFF de l'année prochaine se déroulera du 6 au 15 octobre à Busan.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page