Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le ministère demande à l'AIEA de s'assurer de la transparence du traitement de l'eau de Fukushima par le Japon

Actualités 03.11.2020 à 21h53

SEOUL, 03 nov. (Yonhap) -- La Corée du Sud a demandé ce mardi que l'organe de surveillance nucléaire des Nations unies joue un rôle «actif» pour assurer la transparence et la sécurité du traitement par le Japon de l'eau contaminée provenant de sa centrale nucléaire de Fukushima, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Ham Sang-wook, vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires multilatérales et mondiales, a lancé cet appel lors d'une consultation politique annuelle avec Massimo Aparo, le chef du département des garanties de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

«A l'occasion de cette consultation, notre partie a souligné que la question de l'eau contaminée est une question cruciale qui peut affecter la sécurité et l'environnement des pays voisins du Japon et de l'ensemble de la communauté internationale», a déclaré le ministère dans un communiqué de presse.

«Il a demandé à l'AIEA de jouer un rôle actif en termes de transparence et de vérification de la sécurité dans tous les processus du gouvernement japonais qui élaborent des mesures pour éliminer l'eau et la rejeter», a-t-il ajouté.

Face aux préoccupations du public concernant un éventuel déversement d'eau radioactive par le Japon dans la mer, Séoul a demandé à plusieurs reprises à Tokyo de partager de manière transparente les informations afférentes et a souligné sa «priorité absolue» accordée à la sécurité de ses citoyens.

Le mois dernier, Tokyo devait finaliser son plan d'élimination de l'eau contenant du tritium mais a apparemment reporté l'annonce de sa décision du fait de vives protestations.

Le ministère et l'agence des Nations unies ont également discuté ce mardi de la coopération en vue de renforcer l'état de préparation pour surveiller et contrôler les activités nucléaires de la Corée du Nord.

Des fonctionnaires sud-coréens et de l'AIEA tiennent une réunion annuelle au ministère des Affaires étrangères à Séoul le 3 novembre 2020, sur cette photo publiée par le ministère des Affaires étrangères. (Archivage et revente interdits)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page