Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le ministère de la Défense s'engage à poursuivre son étroite collaboration avec le Pentagone sous Biden

Actualités 09.11.2020 à 20h04

SEOUL, 09 nov. (Yonhap) -- Le ministère de la Défense a promis ce lundi de continuer de travailler en étroite collaboration avec les Etats-Unis sous l'administration entrante de Joe Biden dans le but de maintenir une position de préparation combinée ferme pour la paix dans la péninsule coréenne.

«Les autorités sud-coréennes et américaines de la défense s'efforceront de maintenir une forte posture de défense combinée pour soutenir militairement le processus de paix dans la péninsule coréenne», a déclaré le porte-parole du ministère, le colonel Moon Hong-sik, lors d'un point de presse régulier.

Après avoir mis en place un groupe de travail dirigé par le vice-ministre de la Défense Park Jae-min, le ministère a examiné les mesures politiques pour être pleinement préparé à d'éventuels changements de problèmes de défense entre les deux parties, a ajouté Moon.

Les questions clés incluent le transfert envisagé du contrôle opérationnel (OPCON) en temps de guerre des troupes sud-coréennes de Washington à Séoul et l'ajustement possible du niveau des troupes stationnées en Corée du Sud, bien que les deux parties aient déclaré que la question n'avait pas été officiellement discutée.

Le ministre de la Défense Suh Wook a dit que la nouvelle administration américaine pourrait demander une moindre augmentation de la contribution de Séoul au maintient des troupes américaines en Corée du Sud que celle de l'administration Trump, bien que la somme versée par Séoul doive augmenter par rapport à l'année précédente.

Concernant la Corée du Nord, Suh a déclaré que la politique de Washington devrait se tourner vers une approche du bas vers le haut basée sur la promesse de Biden de poursuivre une «diplomatie de principe» envers le Nord.

Néanmoins, Suh a douté que Biden répète la politique de «patience stratégique» de l'administration Obama qui consiste à faire pression en attendant que le Nord revienne à la table des négociations.

«Ils auraient réfléchi et mon évaluation personnelle est qu'ils opteront pour une forme évoluée de pression faite de sanctions contre le Nord et d'un engagement diplomatique», a déclaré Suh lors d'une session parlementaire.

La Corée du Nord, dans l'intervalle, n'a montré aucun mouvement militaire inhabituel jusqu'à présent, a déclaré le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS), au milieu de spéculations selon lesquelles le pays communiste pourrait mener des actions provocantes, telles que des lancements de missiles, compte tenu de sa propension à mener des provocations lorsqu'un nouveau gouvernement américain prend ses fonctions.

La Corée du Nord n'a pas officiellement réagi au résultat de la présidentielle américaine.

L'ancien vice-président américain, Joe Biden (à g.), et sa petite-fille, regardent ce samedi la Corée du Nord à l'aide de jumelles au cours de sa visite à un poste de garde près de la Zone démilitarisée (DMZ), le 8 décembre 2013.

as26@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page