Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le KDI revoit à la baisse sa prévision de croissance 2021 à cause de l'affaiblissement de la demande

Economie 11.11.2020 à 15h29

SEOUL, 11 nov. (Yonhap) -- L'économie sud-coréenne devrait croître à un rythme encore plus lent l'année prochaine alors que la demande nationale sera probablement faible en raison des retombées de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), a déclaré ce mercredi l'Institut coréen du développement (KDI).

Le KDI a revu à la baisse sa prévision de croissance 2021 pour la quatrième économie d'Asie à 3,1% par rapport à son estimation antérieure publiée en septembre d'une progression de 3,5%. Il a maintenu sa prévision 2020 à une contraction de 1,1%.

La baisse de la perspective du KDI est largement attribuable aux impacts persistants de la pandémie sur les dépenses des consommateurs. Le recul du secteur des services se poursuivra du fait de la distanciation sociale, a-t-il prédit.

«En 2021, malgré l'amélioration des exportations, l'économie sud-coréenne devrait augmenter de 3,1% alors que la demande nationale se rétablira de manière limitée», a indiqué le KDI dans un communiqué.

Comme le taux de croissance économique annuel moyen du pays restera aux alentours de 1% en 2020 et 2021, il est prévu que l'économie reste en dessous de la voie normale de croissance l'année prochaine, a-t-il ajouté.

«La relance de l'économie sud-coréenne devrait continuer lentement de manière limitée», a noté le KDI.

Des conteneurs dans un port à Busan, à 450 km au sud-est de Séoul, le jeudi 4 juin 2020.
Le KDI revoit à la baisse sa prévision de croissance 2021 à cause de l'affaiblissement de la demande - 2

La projection du KDI est plus élevée que celle de la Banque de Corée (BOK). Cette dernière prévoit que l'économie coréenne reculera de 1,3% cette année et croîtra de 2,8% l'année prochaine, en citant les incertitudes causées par la pandémie.

L'économie sud-coréenne a progressé de 1,9% en glissement annuel au troisième trimestre, marquant la première croissance trimestrielle après deux trimestres de contraction, dans un contexte où les exportations ont rebondi après une réouverture de certaines frontières internationales.

Le KDI a dit que les dépenses privées devraient rester faibles l'année prochaine à cause de l'impact de la pandémie et que les exportations de puces mémoire et de véhicules, des articles d'exportation clés, devraient se redresser.

Les dépenses privées devraient se rétrécir de 4,3% cette année et n'augmenter que de 2,4% l'année prochaine en dépit de l'effet de base, selon le KDI.

Les exportations, qui représentent environ 50% de l'économie sud-coréenne, devraient croître de 3,1% en 2021 après une baisse de 4,2% cette année.

Le groupe de réflexion a déclaré que l'inflation des prix à la consommation du pays devrait rester minime jusqu'à l'année prochaine du fait de faibles attentes pour l'inflation et d'une légère pression de la demande.

Les prix à la consommation devraient progresser de 0,7% l'année prochaine après avoir augmenté de 0,5% cette année, des chiffres inférieurs à la cible d'inflation de 2% fixée par la BOK à moyen terme.

Le KDI a dit que les principaux risques à la baisse de l'économie coréenne seraient la possibilité de prolongation de la pandémie de Covid-19 et une montée potentielle des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Le KDI a indiqué que le gouvernement devrait maintenir pour l'instant sa politique macroéconomique expansionniste alors que le marasme économique provoqué par la pandémie pourrait se poursuivre.

Le gouvernement a établi cette année quatre budgets additionnels pour amortir l'impact de la pandémie sur l'économie. Il a proposé un budget sans précédent d'une valeur de 555.800 milliards de wons (498,5 milliards de dollars) pour l'année prochaine afin d'accélérer le rétablissement économique et de créer des emplois.

Le KDI a soulevé la nécessité de rester vigilant face à une augmentation rapide de la dette de l'Etat sur fond d'inquiétudes sur la santé financière et son impact négatif sur la note souveraine du pays.

«A moyen et long termes, (le gouvernement) doit déployer des efforts pour contrôler la croissance de la dette de l'Etat et maintenir la solidité budgétaire en tenant compte de la population vieillissante et de la chute d'une possible croissance économique», a noté le KDI.

La dette du pays devrait atteindre un record de 846.900 milliards de wons cette année alors que le gouvernement a vendu des obligations pour financer quatre budgets supplémentaires, selon le ministère de l'Economie et des Finances.

Le ratio de la dette nationale par rapport au PIB atteindra le niveau sans précédent de 43,9% cette année, soit un bond de 6,2 points de pourcentage par rapport à la fin de l'année dernière.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page