Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Korean Air va reprendre Asiana et devenir la 10e compagnie aérienne au monde

Actualités 16.11.2020 à 15h14

SEOUL, 16 nov. (Yonhap) -- Korean Air Lines Co., la première compagnie aérienne sud-coréenne, rachètera sa petite rivale locale Asiana Airlines Inc. dans le cadre d'un accord évalué à 1.800 milliards de wons (1,6 milliard de dollars) qui créerait la 10e plus grande compagnie aérienne au monde en termes de flottes.

Korean Air lèvera 2.500 milliards de wons via des émissions de droits au début de l'année prochaine. Sur cette somme, elle dépensera 1.500 milliards de wons pour acheter de nouvelles actions vendues par Asiana et des obligations perpétuelles d'Asiana d'une valeur de 300 milliards de wons, a précisé l'entreprise dans un communiqué.

«L'entreprise a pris la décision pour aider l'industrie aérienne du pays à continuer de se développer (sur fond d'incertitudes) et à minimiser l'injection de fonds publics (dans Asiana)», a indiqué le président de Korean Air, Cho Won-tae, dans le communiqué.

Cho a soligné que l'entreprise donnait la priorité absolue à la sécurité des employés actuels des deux compagnies aériennes dans le processus d'acquisition.

La Korea Development Bank (KDB), le principal créancier d'Asiana Airlines, injectera 800 milliards de wons dans Hanjin Kal, la société mère de Korean Air Lines, avec une émission de droits et des obligations convertibles. Hanjin Kal participera à une vente d'actions d'une valeur de 2.500 milliards de wons par Korean Air.

Korean Air, actuellement la 18e plus importante compagnie aérienne au monde, deviendra le plus grand actionnaire d'Asiana avec une participation de 63,9%, une fois l'acquisition terminée.

Cette photo d'archive, fournie par Korean Air, montre le président de la compagnie aérienne Cho Won-tae. (Revente et archivage interdits)

Kim Sang-do, vice-ministre adjoint pour l'aviation civile au ministère du Territoire, de l'Infrastructure et du Transport, a expliqué ce lundi qu'il s'agissait d'une «décision inévitable» pour intégrer les deux plus grandes compagnies aériennes du pays afin de les empêcher de subir de plus grandes pertes sur fond de pandémie prolongée.

Le régulateur antitrust étudiera la question de monopole. Si la procédure avance sans problème, l'accord devrait être achevé plus tard l'année prochaine, a-t-il fait savoir.

Hanjin KAL, la société de portefeuille du conglomérat aérien Hanjin Group, devrait soumettre une lettre d'intention à la KDB au début de cette semaine pour procéder à l'accord.

A 14h, l'action Hanjin Kal a bondi de 16% à 89.800 wons, le titre Korean Air a grimpé de 20% à 28.600 wons et celui d'Asiana Airlines a augmenté de la limite journalière de 30% à 5.570 wons. Les trois acteurs ont montré de meilleures performances que la hausse de 1,9% de l'indice Kospi.

Dans le cadre du plan d'acquisition, Korean Air intégrera progressivement trois compagnies aériennes à bas coûts, Jin Air Co. de Korean Air, Air Busan Co. et Air Seoul Inc. d'Asiana, après avoir achevé l'acquisition d'Asiana.

La participation majoritaire d'Asiana est détenue par Kumho Industrial Co., une filiale du conglomérat aérien-pétrochimique Kumho Asiana Group.

En septembre, les créanciers d'Asiana, la KDB et la Banque d'import-export de Corée (Korea Eximbank), ont décidé de mettre fin à un fastidieux pacte de vente d'Asiana à un consortium dirigé par HDC Hyundai Development Co. car ils n'avaient pas réussi à aplanir leurs différends sur les conditions d'acquisition dans un contexte de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) prolongée.

Le consortium dirigé par HDC a initialement signé l'accord pour acquérir Asiana à Kumho Industrial, ainsi que de nouvelles actions Asiana à émettre et les six filiales du transporteur, pour 2.500 milliards de wons.

Mais HDC a par la suite exigé une renégociation avec Kumho et les créanciers sur les conditions ainsi qu'un autre cycle de due diligence sur Asiana afin de refléter l'impact de la pandémie sur l'industrie du transport aérien. La demande a cependant été rejetée par les créanciers.

Frappées durement par une pandémie sans précédent, les compagnies aériennes ont suspendu la plupart de leurs vols internationaux depuis mars, et la demande de voyage a presque disparu.

Cette image de Yonhap News TV montre les avions de Korean Air et d'Asiana Airlines dans les aéroports locaux. (Yonhap)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page