Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul proposera à Pyongyang des discussions après l'affaiblissement de la pandémie

Corée du Nord 19.11.2020 à 08h58

SEOUL, 19 nov. (Yonhap) -- Le ministre de l'Unification Lee In-young a déclaré mercredi qu'il ferait une offre officielle pour des discussions avec la Corée du Nord, une fois que la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) se sera affaiblie, en disant être prêt pour «le meilleur dialogue».

Lee a formulé ces remarques durant une interview avec la chaîne de télévision KBS alors que le président élu américain Joe Biden devrait se concentrer sur la coopération avec les alliés et la diplomatie de niveau opérationnel pour traiter le programme nucléaire de la Corée du Nord.

«Je suis prêt à avoir le meilleur dialogue n'importe où et n'importe quand, si la Corée du Nord accepte l'offre. Je compte faire une proposition officielle à la Corée du Nord pour des discussions, une fois que la situation liée au Covid-19 se sera calmée», a indiqué le ministre.

Lee a aussi réitéré ses appels pour la coopération intercoréenne sur la lutte contre la pandémie de coronavirus.

«Si les deux Corées peuvent coopérer dans le traitement du coronavirus et du vaccin, cela fournira une opportunité au Nord de surmonter les défis économiques auxquels il fait face concernant les mesures antivirus», a-t-il dit.

Il a exhorté le Nord à s'abstenir de provoquer la nouvelle administration américaine et d'adopter une «approche flexible» en rappelant que le Nord a effectué un essai nucléaire durant la première année de l'administration de Barack Obama.

«Je ne peux pas dire qu'il n'y a aucune possibilité (de provocations) parce qu'il y a eu des cas dans le passé sous l'administration Obama, mais je pense qu'il est plus probable que le Nord prenne une approche flexible plutôt qu'une approche belligérante.»

Lee a rejeté les spéculations sur la possibilité d'une discussion de haut niveau ou d'envoi de représentants à Pyongyang, en disant que la décision dépendra du «jugement politique» du président Moon Jae-in.

Il a ajouté que le ministère «n'a eu aucun contact informel» avec la Corée du Nord depuis que cette dernière a fait exploser le bureau de liaison conjoint dans sa ville frontalière de Kaesong en juin dernier pour protester contre l'envoi de tracts anti-Pyongyang depuis le Sud.

Le Nord a rompu depuis toutes les lignes de communication transfrontalières et n'a pas répondu aux appels de Séoul pour leur restauration.

Les discussions nucléaires entre Washington et Pyongyang sont à l'arrêt depuis que le sommet entre leurs dirigeants s'est terminé sans accord en 2019 à Hanoï. Les deux parties ont eu des divergences d'opinions sur la manière de déterminer l'étendue de la dénucléarisation de Pyongyang en échange de concessions de la part de Washington.

Le ministre de l'Unification Lee In-young prend la parole durant une réunion du ministère au complexe gouvernemental à Séoul, le 28 juillet 2020.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page