Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Pyongyang critique l'ONU pour remettre en question son programme spatial

Corée du Nord 20.11.2020 à 14h24

SEOUL, 20 nov. (Yonhap) -- L'ambassadeur nord-coréen à l'ONU, Kim Song, a critiqué ce vendredi le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) pour avoir décrit son programme spatial comme une menace, en traitant l'organisation d'«organe antidémocratique dépourvu d'impartialité».

Kim a formulé cette déclaration lors de la réunion plénière de l'Assemblée générale de l'ONU cette semaine et a souligné l'importance d'une réforme de l'organisme onusien pour une meilleure représentation de ses Etats membres.

«Jusqu'à maintenant, même 75 ans après la fondation des Nations unies, le Conseil de sécurité ne se tire pas du déshonneur d'être un organe antidémocratique dépourvu d'impartialité», a dit Kim, selon le communiqué publié sur le site Internet du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

L'envoyé a condamné l'agence onusienne pour avoir critiqué son programme spatial comme une menace pour la paix internationale, en indiquant que les «doubles critères et l'injustice ne doivent plus être tolérés».

«Comme on le sait, les invasions armées illégales et les frappes aériennes contre les Etats souverains, qui provoquent des meurtres de civils, restent incontestées, mais les mesures d'auto-défense justes pour sauvegarder la souveraineté et même l'exploration de l'espace à des fins pacifiques sont étiquetées et condamnées comme des menaces contre la paix internationale», a-t-il affirmé.

Kim a souligné notamment que le Japon ne devait «jamais» être accepté comme un membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

«Le Japon est un criminel de guerre qui a causé du malheur et de la souffrance incommensurable à l'humanité en envahissant plusieurs pays asiatiques, dont la Corée, et en provoquant la guerre du Pacifique au siècle dernier», a-t-il dit.

«Un tel pays cherche à devenir un membre permanent du Conseil de sécurité dont la principale responsabilité est de maintenir la paix et la sécurité internationales. Il ne s'agit pas plus d'une moquerie et d'une insulte à l'ONU», a ajouté l'envoyé.

Le Japon, le Brésil et l'Allemagne, ainsi que l'Inde souhaitent obtenir un siège permanent auprès du Conseil de sécurité, avec la Grande-Bretagne, la Chine, la France, la Russie et les Etats-Unis.

Kim Song, ambassadeur de Corée du Nord auprès des Nations unies, prononce un discours à l'Assemblée générale à New York, le 29 septembre 2020. (Photo tirée du site Internet des Nations unies)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page