Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Baksabang : le cerveau d'un réseau d'exploitation sexuelle condamné à 40 ans de prison

Actualités 26.11.2020 à 14h51
Cho Ju-bin monte dans une voiture de police devant le commissariat de police de Jongno avant d'être transféré au Parquet le 25 mars 2020.

SEOUL, 26 nov. (Yonhap) -- La Cour centrale du district de Séoul a condamné ce jeudi Cho Ju-bin, cerveau de l'un des plus grands réseaux d'exploitation sexuelle du pays à 40 ans de prison.

Le tribunal a déclaré Cho coupable d'avoir violé des lois destinées à protéger les mineurs des abus sexuels et exploité un réseau criminel pour faire des profits en produisant et vendant des vidéos abusives.

«L'accusé a largement distribué des contenus sexuellement abusifs qu'il a créés en induisant et menaçant de nombreuses victimes», a déclaré la justice.

Plus tôt cette année, cet homme de 24 ans a été inculpé de 14 chefs d'accusation.

Cho a été accusé d'avoir organisé un réseau criminel de mai 2019 à février cette année, période au cours de laquelle lui et ses complices ont fait du chantage à 74 femmes dont 16 mineurs pour se filmer dans des scènes pornographiques et distribué ces vidéos aux membres de Baksabang, une chat room Telegram.

L'homme a également été soupçonné d'avoir ordonné à ses complices de violer une adolescente après l'avoir fait chanter avec une vidéo d'elle nue.

La condamnation est moins sévère que l'emprisonnement à perpétuité requis le mois dernier par le Parquet qui avait cité des dommages irréparables subis par les victimes. L'une des victimes a déclaré dans une pétition que Cho et ses acolytes étaient le diable et méritaient d'être enfermés pendant 2.000 ans.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page