Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul envisage d'adhérer au CPTPP pour élargir son réseau d'ALE

Actualités 08.12.2020 à 14h54

SEOUL, 08 déc. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a déclaré ce mardi que la Corée du Sud envisageait de devenir un membre de l'Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP), un grand accord de libre-échange (ALE) de l'Asie-Pacifique, dans le cadre des efforts pour diversifier ses marchés d'exportation.

Il a souligné la nécessité de renforcer la force du commerce du pays pour se préparer à l'ère post-coronavirus lors d'une cérémonie marquant le 57e Jour du commerce.

«Diversifier les marchés est une tâche que (nous) devons achever», a-t-il dit durant l'événement tenu au Centre des conventions et des expositions (COEX), dans le sud-est de Séoul. «(Le gouvernement) continuera d'examiner l'adhésion au CPTPP.»

Le CPTPP est une version remaniée du Partenariat transpacifique (TPP) dirigé par l'administration de l'ancien président américain Barack Obama mais abandonné par le président américain actuel Donald Trump. Les Etats-Unis pourraient se joindre au CPTPP sous le prochain leadership de Joe Biden.

C'est la première fois que Moon parlait publiquement de la possibilité d'une adhésion de la Corée du Sud au CPTTP.

Le mois dernier, la Corée du Sud a signé un autre méga-accord commercial, appelé Partenariat économique régional global (RCEP).

Le président Moon Jae-in prononce un discours de félicitations durant la cérémonie du 57e Jour du commerce au Centre des conventions et des expositions (COEX), dans le sud-est de Séoul, le mardi 8 décembre 2020.

Moon a indiqué que la «plus forte arme» contre le protectionnisme était la compétitivité mondiale pour fabriquer de bons produits.

Il s'est engagé à améliorer la compétitivité du secteur manufacturier de la Corée du Sud, notamment celle de trois nouvelles industries, à savoir la biosanté, les systèmes de semi-conducteurs et les futurs véhicules.

Il a décrit le trio comme un «nouveau moteur» qui dirigera les futures exportations du pays.

Moon a dit que les puces mémoire, voitures et ordinateurs étaient déjà des moyens de «soutien» pour que le pays réalise un rebond des exportations plus rapidement que les autres sur fond de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Il a souligné ensuite que la Corée du Sud devait accélérer la transformation de son commerce comme un format respectueux de l'environnement à l'ère du commerce numérique.

Il a cité la campagne de son administration pour que la Corée du Sud devienne neutre en carbone d'ici 2050.

«(Nous) devons diriger l'ère de l'économie verte à venir et passer de manière préemptive aux règles commerciales attendues.»

Moon a décrit le «marché mondial de l'e-commerce qui se développe de manière spectaculaire» au milieu de l'apparition du virus comme une «nouvelle fenêtre d'opportunité», notamment pour les PME.

Le président Moon Jae-in prononce un discours de félicitations durant la cérémonie du 57e Jour du commerce au Centre des conventions et des expositions (COEX), dans le sud-est de Séoul, le mardi 8 décembre 2020.

La Corée du Sud a marqué pour la première fois la Journée des exportations le 30 novembre 1964 pour célébrer le franchissement de la barre des 100 millions de dollars d'exportations. Le gouvernement l'a nommée plus tard Jour du commerce, puis a désigné le 5 décembre pour commémorer le jour où la Corée du Sud est devenue le neuvième pays au monde à enregistrer plus de 1.000 milliards de dollars d'échanges commerciaux internationaux sur un an.

Comme le jour est tombé un samedi cette année, la cérémonie officielle s'est tenue mardi.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page