Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Sud va soutenir la reprise économique et se préparer à l'ère post-pandémique en 2021

Actualités 17.12.2020 à 14h00

SEOUL, 17 déc. (Yonhap) -- La Corée du Sud cherchera l'année prochaine à maintenir la dynamique de la reprise économique et à se préparer à l'ère post-pandémique, a déclaré jeudi le ministère des Finances.

L'économie sud-coréenne devrait croître de 3,2% l'année prochaine, après une contraction estimée à 1,1% cette année, la première contraction depuis la crise financière asiatique de 1997-98, selon le ministère de l'Economie et des Finances.

Les perspectives de croissance du ministère pour 2020 et 2021 sont inférieures à ses prévisions de juin, à savoir 0,1% de croissance pour cette année et 3,6% pour l'année prochaine.

Néanmoins, son estimation de la croissance pour l'année prochaine est supérieure à la projection de la Banque de Corée de 3% et à celle de l'Organisation de coopération et de développement économiques de 2,8%.

La quatrième économie d'Asie devrait rebondir l'année prochaine grâce à l'amélioration des exportations et de la demande intérieure, selon le ministère. Mais l'incertitude économique reste élevée, tributaire de l'évolution de l'épidémie et du calendrier de vaccination.

Dans ce contexte, le gouvernement a dévoilé une double approche pour ce qui est de sa politique économique en 2021 : soutenir une reprise économique «rapide et forte» et préparer une transition en douceur vers une économie «pionnière» dans l'ère post-Covid-19.

«L'année 2021 sera un moment crucial pour la Corée du Sud, car nous devons surmonter la crise causée par la pandémie et nous préparer à nous placer en tête de l'ère post-Covid», a déclaré le vice-ministre des Finances, Kim Yong-beom, lors d'une conférence de presse lundi.

Cette photo prise le 4 juin 2020 montre des conteneurs dans le plus grand port de la Corée du Sud, à Busan, à 450 km au sud-est de Séoul.
Cette photo prise le 9 décembre 2020 montre le marché Namdaemun, l'un des plus grands marchés traditionnels de la Corée du Sud, dans le centre de Séoul, sur fond de pandémie.
Cette photo fournie par le Service forestier coréen, le 7 août 2020, montre des panneaux solaires installés sur une montagne. (Revente et archivage interdits)

Afin de relancer la dynamique de la reprise, le pays prévoit de maintenir sa politique budgétaire expansionniste l'année prochaine et de dépenser 63% du budget au cours du premier semestre 2021.

Cette année, la Corée du Sud a élaboré des mesures de 310.000 milliards de wons (283 milliards de dollars) pour répondre à la pandémie, y compris quatre séries de budgets supplémentaires totalisant 67.000 milliards de wons.

Le 2 décembre, l'Assemblée nationale a adopté un budget record de 558.000 milliards de wons pour l'année prochaine, dont près de 4.000 milliards de wons alloués à des fonds supplémentaires pour lutter contre le coronavirus et pour acheter des vaccins.

Afin de stimuler la faible demande intérieure, le ministère prévoit également de fournir des incitations fiscales, y compris un crédit d'impôt supplémentaire pour les dépenses par carte et une extension de la réduction de la taxe à la consommation sur les voitures particulières.

Le gouvernement s'attachera également à créer des emplois et à soutenir les petits commerçants et les entreprises durement touchés par la pandémie.

Le ministère a déclaré que le marché de l'emploi devrait s'améliorer l'année prochaine, mais il prévoit de continuer à soutenir les secteurs frappés par l'épidémie de Covid-19, notamment le tourisme, l'hébergement et les compagnies aériennes.

Le nombre d'employés devrait augmenter de 150.000 l'année prochaine, un revirement par rapport aux 220.000 emplois perdus cette année, selon les estimations du ministère.

Pour se préparer à l'ère post-pandémique, la Corée du Sud prévoit de se concentrer sur le développement de nouvelles industries, de promouvoir les projets du «New Deal version coréenne» et de favoriser une croissance inclusive et une économie équitable.

La Corée du Sud fait face aux défis de la faible croissance économique et du vieillissement rapide de la population, d'où la nécessité de trouver de nouveaux moteurs de croissance pour un développement durable.

En juillet, le pays a annoncé un plan d'investissement de 160.000 milliards de wons afin de créer 1,9 million d'emplois d'ici 2025 dans le cadre de l'initiative «New Deal». Celle-ci repose sur quatre piliers : le New Deal numérique, le New Deal vert, le renforcement du filet de sécurité sociale et de l'emploi, et un développement régional équilibré.

La récente annonce de la Corée du Sud de vouloir devenir neutre en carbone d'ici 2050 s'inscrit dans le cadre de la campagne du New Deal vert lancée par le gouvernement pour parvenir à une croissance durable grâce à des politiques respectueuses de l'environnement.

Le pays prévoit d'investir 12.700 milliards de wons l'année prochaine dans les projets du New Deal numérique, notamment la construction de réseaux 5G à l'échelle nationale et la promotion des industries non traditionnelles, et de dépenser 13.200 milliards de wons pour soutenir les industries vertes et les projets écologiques.

Le ministère a déclaré qu'il s'efforcera également d'atténuer l'impact de la baisse de la population et de son taux de natalité chroniquement faible, l'un des principaux défis à long terme pour l'économie coréenne.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page