Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Un tribunal va reprendre une audience sur la demande d'injonction du procureur général suite à sa suspension

Actualités 24.12.2020 à 09h39

SEOUL, 24 déc. (Yonhap) -- Le tribunal administratif de Séoul reprendra cet après-midi une audience sur la demande d'injonction déposée par le procureur général Yoon Seok-youl contre une mesure disciplinaire prise la semaine dernière et consistant à le suspendre de ses fonctions.

Le tribunal rouvrira l'audience à huis clos à 15h pour décider d'accorder ou non une injonction suite à la demande de Yoon.

La première audience avait eu lieu mardi après-midi pendant près de deux heures. Des avocats de Yoon et le ministère de la Justice y étaient présents.

Yoon ne devrait pas assister à l'audience, tout comme ce fut le cas mardi. Il était aussi absent à la précédente audience d'injonction à la fin du mois dernier et aux deux sessions du comité disciplinaire du ministère de la Justice plus tôt ce mois-ci.

La semaine dernière, le président Moon Jae-in a approuvé la décision du ministère de suspendre le procureur général de ses fonctions pendant deux mois pour quatre fautes présumées, dont surveillance de juges chargés d'affaires concernant l'ancien ministre de la Justice Cho Kuk et d'officiels présidentiels qui seraient intervenus dans l'élection municipale à Ulsan en 2018 afin d'assurer la victoire d'un ami de longue date de Moon.

La sanction est entrée en vigueur immédiatement.

Le procureur général Yoon Seok-youl.

Yoon a fait une demande d'injonction jeudi soir et a intenté un procès administratif contre la décision en affirmant que la session disciplinaire comportait des erreurs de procédure et que les allégations à son encontre étaient fausses.

Il a également argué que l'interdiction d'exercer ses fonctions sapait considérablement les valeurs de l'impartialité politique et de l'indépendance du Parquet. De plus, des enquêtes importantes, comme celle sur la fermeture controversée du réacteur nucléaire Wolsong-1, pourraient faire face à des difficultés graves, a-t-il ajouté.

Réfutant les propos de Yoon, le ministère de la Justice a affirmé que la mesure approuvée par le président avait suivi un processus officiel et avait été prise conformément aux droits et à la responsabilité du président selon la Constitution.

Plusieurs questions font l'objet des discussions durant l'audience pour savoir si la suspension a causé des «dégâts irréparables», comment elle a affecté le bien-être du public et s'il y a eu des vices de procédure dans le processus qui a abouti à la décision disciplinaire.

Son mandat de deux ans devait prendre fin en juillet prochain.

Le 1er décembre, le même tribunal a déclaré une injonction préliminaire pour arrêter sa suspension temporaire imposée par la ministre de la Justice Choo Mi-ae pour des allégations de fautes professionnelles. Le panel disciplinaire du ministère s'est réuni deux fois pour le sanctionner.

Le tribunal pourrait rendre son verdict ce soir mais certains experts juridiques prévoient que la prise de décision prendra plus d'une ou deux semaines étant donné la gravité de la question.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page