Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Kim Jong-un examine les liens intercoréens et veut développer les relations avec l'extérieur

Actualités 08.01.2021 à 11h19

SEOUL, 08 jan. (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a examiné les relations intercoréennes et s'est engagé à élargir «de manière compréhensive» les liens avec l'étranger durant un rare congrès du Parti du travail, a rapporté ce vendredi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Kim a annoncé la ligne politique dans un rapport pour la session du troisième jour du 8e Congrès du Parti du travail au pouvoir qui s'est tenue hier à Pyongyang, en citant «la situation actuelle et l'époque différente», selon la KCNA.

«Le rapport a étudié la question des affaires avec la Corée du Sud comme l'exigent la situation actuelle et l'époque différente et a déclaré l'orientation générale et la position politique de notre Parti pour élargir et développer de manière compréhensive les relations externes», a indiqué la KCNA.

Cette dernière n'a toutefois pas donné de détails. On ne sait pas si l'élargissement des relations avec l'étranger signifie une amélioration des liens avec la Corée du Sud et les Etats-Unis.

Les relations intercoréennes sont à l'arrêt depuis le sommet sans accord de Kim avec le président américain Donald Trump en 2019.

Les liens se sont refroidis l'année dernière alors que la Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison conjoint en signe de mécontentement à l'égard de l'envoi de tracts anti-Pyongyang et a abattu un officiel sud-coréen des pêches qui aurait dérivé dans les eaux près de sa frontière maritime occidentale en septembre.

La Corée du Nord n'a pas répondu aux propositions de Séoul pour des discussions et des projets de coopération alors qu'elle s'est efforcée d'éviter une diffusion du nouveau coronavirus (Covid-19) sur son sol en fermant ses frontières et en renforçant les mesures de quarantaine.

Dans son discours du 10 octobre, le jour du 75e anniversaire de la fondation du Parti du travail, Kim a souhaité à la Corée du Sud un rétablissement rapide de la pandémie de coronavirus dans un message de réconciliation. Il a aussi fait part de son espoir que le jour viendra bientôt où les deux Corées «se joindront les mains» après la fin de la crise sanitaire actuelle.

La Corée du Nord a lancé mardi un congrès pour la première fois en presque cinq ans. L'attention du monde extérieur est tournée vers elle pour évaluer la nouvelle politique étrangère du Nord avant l'investiture du président élu américain Joe Biden le 20 janvier.

Le Nord est resté muet sur la victoire de Biden jusqu'à présent et Kim n'a pas encore parlé des négociations nucléaires avec les Etats-Unis durant le rassemblement du Parti.

Certains experts estiment que le message de mardi suggère sans doute que Pyongyang pourrait chercher à atteindre la prochaine administration.

«Nous devons laisser ouverte la possibilité d'une proposition surprise aux Etats-Unis car l'expression "élargir et développer de manière compréhensive" les relations externes est une expression plutôt rare», a dit Lim Eul-chul, professeur à l'Institut pour les études de l'Extrême-Orient de l'université de Kyungnam.

«Il est possible que le dirigeant Kim Jong-un puisse faire une proposition audacieuse pour attirer l'attention mondiale et solidifier son image en tant que leader qui dirige les affaires internationales sur les plans interne et externe, même s'il ne peut montrer aucun résultat tangible immédiatement avec une amélioration des relations», a-t-il ajouté.

Les détails de la position politique nord-coréenne devraient être dévoilés quand le texte entier des sessions sera publié dans les prochains jours.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole au troisième jour du 8e Congrès du Parti du travail à Pyongyang, le jeudi 7 janvier 2021, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole au troisième jour du 8e Congrès du Parti du travail à Pyongyang, le jeudi 7 janvier 2021, sur cette photo publiée le lendemain par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Lors de la session du troisième jour, le Nord a mis l'accent sur la nécessité de se concentrer sur «l'établissement de notre propre style de vie sain et révolutionnaire dans toutes les sphères de la vie sociale et l'élimination minutieuse des éléments non socialistes».

«Il a aussi présenté des directions et des moyens pour ouvrir un nouvel âge d'or avec une grande révolution dans tous les domaines de la culture socialiste, y compris l'éducation, la santé publique, la littérature et l'art, en faisant de ces défauts et leçons un tremplin pour le progrès et un bond en avant», a indiqué la KCNA.

ment quinquennal du pays et a promis de renforcer les capacités militaires à «un niveau bien plus élevé».

La session du quatrième jour doit avoir lieu aujourd'hui, selon la KCNA.

Il reste à savoir combien de jours le congrès durera alors que le Nord n'a pas publié de calendrier exact. Le précédent congrès en 2016 s'était déroulé sur quatre jours.

Sur cette photo d'archives, prise le 30 juin 2019, le président sud-coréen Moon Jae-in (à dr.) rencontre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avec le président américain Donald Trup au village de la trêve de Panmunjom dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées.

Sur cette photo d'archives, prise le 30 juin 2019, le président sud-coréen Moon Jae-in (à dr.) rencontre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avec le président américain Donald Trup au village de la trêve de Panmunjom dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page