Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le nouvel ambassadeur au Japon s'efforcera d'améliorer les relations avec Tokyo

Actualités 08.01.2021 à 14h25
Ancien député Kang Chang-il. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 08 jan. (Yonhap) -- Kang Chang-il, le nouvel ambassadeur de Corée du Sud au Japon, a promis ce vendredi de faire tout son possible pour aider à améliorer les relations entre Séoul et Tokyo sur fond de tensions accrues après que la justice sud-coréenne a ordonné au gouvernement japonais d'indemniser des victimes coréennes de l'esclavage sexuel en temps de guerre.

«J'ai l'énorme responsabilité d'améliorer les relations effilochées entre la Corée et le Japon», a déclaré par téléphone Kang à Yonhap, quelques heures après sa nomination officielle.

«Je ferai tout mon possible pour normaliser les relations entre les deux pays», a-t-il ajouté.

Kang, ancien député du parti au pouvoir quatre fois élu, a été officiellement nommé ce vendredi nouvel ambassadeur à Tokyo alors que la Corée du Sud cherche à réparer ses liens avec le Japon dans le cadre des efforts visant à favoriser la coopération internationale pour relancer la diplomatie nucléaire vis-à-vis de la Corée du Nord en suspens alors que le président américain élu Joe Biden a souligné sa volonté d'une coopération plus étroite entre les alliés.

Kang fait face à des tâches importantes telles que la réduction des tensions diplomatiques autour des questions liées au travail forcé et à l'esclavage sexuel pratiqués par le Japon en temps de guerre et le renforcement de la coopération bilatérale pour faire face aux menaces militaires nord-coréennes et à d'autres défis communs.

Le président Moon Jae-in l'a choisi en novembre dernier mais le chemin vers sa réelle nomination a été houleux alors que des conservateurs japonais ont remis en question ses propos tenus en 2011 à propos d'îles faisant l'objet d'un conflit territorial entre le Japon et la Russie et d'autres sujets.

Des incertitudes ont toutefois refait surface alors que la justice sud-coréenne a rendu ce vendredi un verdict en faveur de victimes coréennes de l'esclavage sexuel ordonnant Tokyo de verser des dommages-intérêts pour leurs souffrances.

Kang, âgé de 68 ans, a été professeur à l'université Pai Chai à Daejeon avant de remporter son premier siège parlementaire en 2004. Connu pour son expertise dans les affaires liées au Japon, il a codirigé l'Union des parlementaires Corée du Sud-Japon de 2017 à 2020 et en demeure le président honoraire.

Après avoir obtenu une maîtrise et un doctorat à l'université de Tokyo, il a aussi dirigé pendant longtemps des travaux de recherche sur le Japon.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page