Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Kim Jong-un décrit les Etats-Unis comme «le plus grand ennemi» et annonce la poursuite du développement nucléaire

Actualités 09.01.2021 à 10h45
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole au quatrième jour du 8e Congrès du Parti du travail le vendredi 8 janvier 2021, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole au quatrième jour du 8e Congrès du Parti du travail le vendredi 8 janvier 2021, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

La session du quatrième jour du 8e Congrès du Parti du travail est en cours à Pyongyang le vendredi 8 janvier 2021, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

La session du quatrième jour du 8e Congrès du Parti du travail est en cours à Pyongyang le vendredi 8 janvier 2021, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 09 jan. (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a décrit les Etats-Unis comme «le plus grand ennemi» de son pays, en menaçant de continuer de développer ses capacités nucléaires, a rapporté ce samedi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Kim a dit que la politique de Washington envers Pyongyang ne changerait pas quelles que soient les règles de la Maison-Blanche, en ajoutant que la fin de sa position hostile sera la clé des relations futures entre les deux pays, selon la KCNA.

Le dirigeant nord-coréen a fait ces déclarations au quatrième jour du 8e Congrès du Parti du travail actuellement en cours à Pyongyang, la première réponse à l'élection de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis en novembre dernier. Elles sont également intervenues avant l'investiture de Biden le 20 janvier.

«Le rapport a dit que la clé de l'établissement de nouvelles relations Corée du Nord-Etats-Unis est le retrait de la politique hostile envers la Corée du Nord», a indiqué la KCNA, en réitérant le principe de l'«œil pour œil» à l'égard de Washington.

«Nos activités politiques avec l'extérieur à l'avenir devront se focaliser sur la répression et la maîtrise des Etats-Unis, le principal obstacle, le plus grand ennemi de notre développement révolutionnaire», a-t-il ajouté.

Kim a tenu trois sommets avec le président américain Donald Trump, mais les pourparlers de dénucléarisation ont fait peu de progrès depuis leur sommet sans accord à Hanoï en 2019.

En se référant aux sommets, Kim a indiqué que la politique hostile des Etats-Unis «s'est détériorée» malgré les «efforts» du Nord et la «patience maximale» pour réduire les tensions dans la région.

Le leader nord-coréen a dévoilé une série d'objectifs pour booster son pouvoir militaire, en appelant à améliorer les capacités de frappe de missiles ciblant les objets d'une portée de 15.000 km et à réduire la taille des armes nucléaires, entre autres.

Le Nord a également indiqué avoir achevé le design d'un nouveau sous-marin nucléaire actuellement dans le processus final de sélection.

«La réalité a montré que nous avons besoin de renforcer les capacités de défense nationale sans hésitation pour dissuader les menaces nucléaires des Etats-Unis et apporter la paix et la prospérité sur la péninsule coréenne», a dit la KCNA.

«(Kim) a appelé à la poursuite de la construction de la puissance nucléaire pour la sécurité de notre peuple, le destin de notre révolution et l'existence et le développement autonome du pays», a-t-il dit.

A propos de la Corée du Sud, Kim semble avoir laissé une marge pour l'amélioration des relations, en disant que les relations pourraient retrouver le niveau d'il y a trois ans, quand un climat de paix a été créé «à n'importe quel moment», mais a souligné que tout dépendait du comportement de la Corée du Sud.

Les relations intercoréennes sont dans l'impasse depuis le sommet de Hanoï alors que les sanctions sont des obstacles aux échanges et à la coopération transfrontaliers.

Les liens se sont refroidis davantage l'année dernière, alors que la Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison intercoréen à Kaesong en juin, en signe de colère contre l'envoi de tracts anti-Pyongyang par des activistes en Corée du Sud, et a tué un officiel des pêches sud-coréen qui dérivait près de la frontière maritime en septembre.

La Corée du Nord n'a pas répondu à la proposition de Séoul pour des pourparlers et des projets de coopération. Elle s'est focalisée sur le contrôle de l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19) sur son territoire en fermant ses frontières et en renforçant les mesures de quarantaine.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page