Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Pétrolier saisi par l'Iran : le vice-ministre des Affaires étrangères part pour Téhéran

International 10.01.2021 à 11h29
Le vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-kun parle à la presse à l'aéroport international d'Incheon, le samedi 9 janvier 2021.

SEOUL, 10 jan. (Yonhap) -- Le vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-kun a pris ce dimanche la direction de Téhéran pour négocier la libération du pétrolier sud-coréen et de ses membres d'équipage qui ont été saisis la semaine dernière le lundi 4 janvier par les autorités iraniennes.

Choi arrivera dans la capitale iranienne après un transfert au Qatar, ont fait savoir des officiels. Il prévoit de rencontrer son homologue et d'autres hauts responsables du ministère iranien des Affaires étrangères. Une délégation sud-coréenne est déjà sur place.

Au début de la semaine, le Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran a saisi le MT Hankuk Chemi avec à bord 20 marins, dont cinq Sud-Coréens, en raison d'allégations de pollution environnementale.

Le bateau est actuellement dans le port de Bandar Abbas, une ville de la côte sud de l'Iran. L'ambassade de Corée du Sud à Téhéran a confirmé le 6 janvier que les 20 membres d'équipage étaient en sécurité et en bonne santé.

«Je suis un peu soulagé de savoir que l'équipage est en sécurité, mais la situation est grave», a dit Choi à des journalistes à l'aéroport international d'Incheon avant son départ.

«Nous espérons avoir des discussions en profondeur avec des officiels clés pour déterminer s'il s'agit d'une question consulaire ou d'un autre sujet entre la Corée du Sud et l'Iran», a-t-il ajouté.

L'Iran a déclaré que la saisie a eu lieu pour des raisons «techniques» et que l'affaire serait traitée selon un processus judiciaire. L'opérateur du navire, de son côté, nie les allégations de pollution.

Cette saisie est survenue dans un contexte de tensions entre Séoul et Téhéran à propos de fonds qui ont été gelés dans des banques sud-coréennes par les sanctions américaines. L'Iran exige le transfert de ses 7 milliards de dollars gelés dans deux banques locales depuis septembre 2019.

D'après une source diplomatique, l'Iran a demandé à la Corée du Sud l'accès à des fonds gelés pour acheter des médicaments, des équipements médicaux et des vaccins contre le Covid-19 du programme international COVAX.

«Ce sera une bonne opportunité pour écouter clairement une nouvelle fois ce que le gouvernement iranien veut et pour bien voir ce que nous pouvons faire ou non concernant cette affaire, et aussi ce dont nous devons discuter avec les Etats-Unis», a ajouté Choi.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page