Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La rétrogradation de la sœur du dirigeant nord-coréen soulève des questions sur son statut

Corée du Nord 11.01.2021 à 15h24

SEOUL, 11 jan. (Yonhap) -- La rétrogradation de Kim Yo-jong, la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, lors du congrès du Parti du travail en cours, soulève des questions pour savoir si cela indique un changement de son statut dans les plus hauts échelons du pouvoir.

Durant la session du sixième jour du 8e Congrès du Parti qui a eu lieu dimanche à Pyongyang, la sœur cadette du dirigeant n'a été nommée ni membre ni membre suppléante du Politburo du Parti, selon l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Son absence de la liste du Politburo contraste radicalement avec la prévision des autorités sud-coréennes de renseignement selon laquelle la sœur Kim est «la numéro deux de facto» du régime. Elles avaient prédit plus tôt qu'elle serait élevée à un rang plus élevé au sein du Parti lors du congrès.

Des observateurs ont dit toutefois qu'il était prématuré de déterminer où Kim Yo-jong se situe à l'intérieur du Parti suite au récent remaniement en raison de sa lignée et de la grande confiance que le dirigeant lui accorde.

Kim Yo-jong est sortie de l'ombre en 2018 lorsqu'elle a accompagné son frère lors de trois sommets intercoréens, dont les discussions historiques au village frontalier intercoréen de Panmunjom en avril 2018.

Elle a aussi attiré l'attention du monde entier quand elle a dirigé la délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang qui se sont tenus la même année.

Kim s'occupe des affaires intercoréennes en tant que première vice-directrice du Comité central du Parti du travail depuis fin 2019. En avril 2020, elle a été nommée membre suppléante du bureau politique du Parti.

Elle a été sous le feu des projecteurs une nouvelle fois l'année dernière quand une absence prolongée du dirigeant Kim de la scène publique a suscité des rumeurs sur sa santé et des spéculations selon lesquelles elle pourrait le remplacer si le dirigeant est indisponible.

Elle a été aussi impliquée profondément dans la coupure des lignes de communication intercoréennes et la destruction du bureau de liaison intercoréen en juin dernier en signe de mécontentement à l'égard de la campagne d'envoi de tracts par des activistes sud-coréens.

En outre, elle a publié plusieurs communiqués importants sous son nom concernant les Etats-Unis et la Corée du Sud, renforçant l'idée qu'elle a une emprise significative sur les questions de politique étrangère.

Des observateurs indiquent qu'indépendamment de sa position au sein du parti au pouvoir, son rôle politique devrait rester inchangé car elle semble occuper un rôle important dans les affaires de l'Etat, dont les questions intercoréennes, et elle est une membre de la famille du dirigeant nord-coréen.

Ils ont relevé également la possibilité que le Nord puisse lancer une nouvelle agence et placer la sœur Kim à un poste clé.

Tous les yeux sont aussi tournés vers la promotion de Jo Yong-won, un haut officiel du Parti qui a été souvent vu aux côtés du dirigeant durant des visites sur terrain l'année dernière, qui est devenu membre du présidium du bureau politique. Seules cinq personnes le forment, dont le dirigeant Kim.

Kim Yo-jong, la sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. (Photo fournie par Yonhap News TV)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page